Retour

Note agro-climatique n°4 - Début d'été 2021: les prairies sont au vert

Publié le par Aurélie Madrid (Institut de l'Elevage), Brendan Godoc (Institut de l'Elevage), Julien Fradin (Institut de l'Elevage), Jérôme Pavie (Institut de l'Elevage)
Climat Systèmes fourragers
La pluviométrie exceptionnelle des mois de juin et juillet a favorisé la production des prairies, rattrapant en partie le manque d'herbe du début de printemps. Les zones herbagères qui ont souffert de la sécheresse ces dernières années voient se réaliser une excellente année fourragère.

Les températures sur le mois de juin ont été supérieures à la référence historique (1981 - 2010), un phénomène plus marqué à l'est qu'à l'ouest. Une vague de chaleur s'est abattue sur la France du 11 au 18 juin où une partie des foins a été récoltée. En revanche, la pluviométrie a été excédentaire sur une large partie du territoire, en moyenne + 50%. A l'exception du sud de la vallée du Rhône, la côte d'Azur et la Corse où le cumul des précipitation est très inférieur aux normales saisonnières. Les deux premières décades de juillet ont vu des précipitations records sur une grande partie de la France, sources d'inondations dans l'est. En plaine, ce début d'été humide est synonyme d'une excellente production fourragère qui rattrape en partie le début de printemps maussade. En zone de montagne, ce phénomène est moins marqué car c'est une période où l'herbe est habituellement abondante. En contrepartie, une partie des foins a été retardé et la gestion des fauches s'est avéré plus délicate. Néanmoins, des 2e et 3e coupes sont réalisées dans les parcelles fauchées précocement. Avec une gestion du pâturage adaptée, il devrait se poursuivre sans affouragement supplémentaire jusqu'à la seconde moitié d'août.