Retour

Le point sur l’utilisation de la semence sexée - Campagne IA 2020-2021

Bilan des inséminations animales bovines 2021

Publié le par Sandra Dominique (Institut de l'Elevage)
Choix des reproducteurs Génomique Evaluations et index Reproduction Bovin lait Bovin viande
Le rebond de l’utilisation de la semence sexée observé sur la campagne précédente se confirme sur cette nouvelle campagne d’insémination. On compte 574 978 inséminations totales en semence sexée sur la campagne 2020-2021. Plus de la moitié des 51 000 troupeaux laitiers ayant enregistré au moins une insémination ont testé ou adopté la semence sexée. Le taux d’inséminations sexées a retrouvé son niveau de la campagne 2014-2015, campagne où le nombre et la proportion d’IA sexées ont été les plus élevés.

VOLUME ET PROPORTION D’INSEMINATIONS SEXEES SUR LA CAMPAGNE

Evolution de la proportion d’IA en semence sexée

On dénombre sur cette nouvelle campagne d’insémination un volume de 574 978 inséminations sexées qui représentent 8,7% des inséminations totales (IAT) enregistrées.

Après plusieurs années de déclin, la dernière campagne avait été marquée par un rebond de l’utilisation de la semence sexée. Cette hausse se confirme sur cette nouvelle campagne avec une augmentation de +7% d’IAT sexées par rapport à la campagne 2019-2020.

Nb d’IA et IA en semence sexée sur la campagne 2020-2021 (écart à la campagne 2019-2020)
IANombre d'IA enregistréesNombre d'IA sexées enregistrées% d'IA sexées enregistrées
IAT6 605 534 (-1,3%)574 978 (+6,7%)8,7% (+0,7%)
IAP3 644 141 (-1,4%)439 805 (+5,8%)12,1% (+0,8%)

Evolution du nombre d’IA en semence sexée

On note une augmentation de +6% des IAP sexées entre les campagnes 2019-2020 et 2020-2021.

On note que le nombre d’IA sexées augmente depuis deux campagnes successives. Le nombre d’IA sexées n’a pas encore atteint son niveau le plus élevé datant de la campagne 2014-2015, toutefois en proportion, le record de cette campagne est aujourd’hui égalé, voire dépassé si l’on regarde les IAT.

 

Evolution du rapport entre IAP sexées sur IAT sexées

Evolution

IAP sexées / IAT sexées

2011-20122012-20132013-20142014-20152015-20162016-20172017-20182018-20192019-20202020-2021
78,5%77,6%77,0%77,6%78,4%78,5%78,4%77,5%77,1%76,5%

Parmi l’ensemble des IA sexées réalisées, plus des 3/4 sont réalisées en première IA. Toutefois, on constate depuis la campagne 2018-2019 une baisse progressive du rapport IAP sexées/IAT sexées. On peut émettre l’hypothèse que les éleveurs ont moins de réticence à réaliser leurs IA de retour avec de la semence sexée.

Périodicité de la semence sexée

La courbe de proportion d’IAT sexées suit celle du « pic » du nombre d’IA. Si la proportion d’IA sexée est plus forte au début de la campagne d’IA cela peut s’expliquer par une volonté de conserver les petites génisses nées des femelles inséminées en sexée qui auront réussies leur reproduction dans les premières. Ainsi, on peut assurer un renouvellement issu des mères ayant de bonnes performances de reproduction.

Le pic des IA est davantage marqué chez les femelles allaitantes. En effet, du fait de leurs systèmes d’élevage majoritairement en vêlages groupés, les élevages de femelles de race à viande ont un objectif de grouper la mise à la reproduction, et donc leurs inséminations sur des périodes concentrées. De plus, ce sont les mois de l’année où les animaux se retrouvent en bâtiment ce qui favorise une bonne contention pour l’insémination. La proportion d’IA sexée est constante tout au long de l’année chez les allaitants.

NOMBRE DE TROUPEAUX UTILISANT DE LA SEMENCE SEXEE

Plus de la moitié (51%) des 52 000 troupeaux laitiers utilisant l'IA ont réalisé au moins 1 IAP sexée sur la campagne. Leur nombre a augmenté de 2% entre ces deux campagnes. On observe un gradient croissant entre la proportion de troupeaux réalisant au moins 1 IAP sexée et la taille du troupeau (en nombre d’IAP).

Parmi les grands troupeaux (+ 200 IAP), 80% sont adeptes de la semence sexée contre seulement 21% pour les petits élevages (<= 10 IAP) . On note une perte de proportion de troupeaux avec semence sexée chez les très grands troupeaux (-2%) contre une augmentation chez les troupeaux de taille moyenne 21-50 IAP (+2%).

Nombre de troupeaux laitiers en fonction de leur taille et de leur utilisation de la semence sexée

TROUPEAUX DE FEMELLES LAITIERES

Taille troupeaux
(nb IAP)

Nb IAP sexées

% troupeaux
avec IAP sexées

Écart nombre troupeaux
/camp 2019-2020

0

1-5

6-10

11-20

21-50

51-100

+ 100

Total

1-5

7 033

1 058

0

0

0

0

0

8 091

13%

2%

6-10

1 709

370

78

0

0

0

0

2 157

21%

0%

11-20

2 279

542

183

122

0

0

0

3 126

27%

1%

21-50

6 153

2 439

1 417

1 220

374

0

0

11 603

47%

2%

51-100

6 143

3 157

2 216

3 446

2 734

224

0

17 920

66%

1%

101-200

1 863

1 066

731

1 301

2 484

726

65

8 236

77%

0%

+ 200

156

56

28

81

199

187

88

795

80%

-2%

Total

25 336

8 688

4 653

6 170

5 791

1 137

153

51 928

51%

2%

Seuls 9% des 34 500 troupeaux de vaches allaitantes utilisant l'IA ont réalisé au moins 1 IAP sexée sur la campagne. Cette proportion évolue peu. Ce type de semence peine à se développer chez les éleveurs allaitants. D’autant que ceux-ci sont moins utilisateurs de l’insémination animale. On retrouve aussi un gradient croissant entre la proportion d’élevage utilisant la semence sexée et la taille des élevages. Toutefois, à partir d'un taille >= à 51 IAP, la proportion reste sensiblement identique chez les plus grands élevages.

Nombre de troupeaux allaitants en fonction de leur taille et de leur utilisation de la semence sexée

TROUPEAUX DE FEMELLES ALLAITANTES

Taille troupeaux
(nb IAP)

Nb IAP sexées

% troupeaux
avec IAP sexées

Écart nombre troupeaux
/ camp 2019-2020

0

1-5

6-10

11-20

21-50

51-100

Total

1-5

15 032

1 024

0

0

0

0

16 056

6%

1%

6-10

4 613

377

89

0

0

0

5 079

9%

1%

11-20

4 927

419

119

58

0

0

5 523

11%

1%

21-50

4 807

482

136

75

30

0

5 530

13%

0%

51-100

1 619

204

56

53

16

2

1 950

17%

1%

101-200

348

37

8

11

8

3

415

16%

-2%

+ 200

29

2

3

1

0

0

35

17%

1%

Total

31 375

2 545

411

198

54

5

34 588

9%

1%

 

UTILISATION DE LA SEMENCE SEXEE PAR RACE DE FEMELLE ET STATUT GENISSE/VACHE 

32% des génisses et 7% des vaches laitières sont inséminées avec de la semence sexée

L’utilisation de la semence sexée diffère selon les races et le rang de vêlage.

Dans les races laitières, entre 12% et 60 % des génisses sont inséminées en semence sexée. Pour les vaches, cette pratique est très variable selon les races. Pour celles, où la fertilité des vaches est plus faible et les risques de vêlages difficiles limités, comme en prim’holstein, 4% des vaches sont inséminées en semence sexée. Cependant les races où la fertilité est plutôt assurée, et où les vêlages présentent potentiellement des risques sur génisses, comme en montbéliarde, ce sont 19% des vaches qui sont inséminées en semence sexée. En race jersiaise où la naissance d’une femelle est privilégiée, c’est 60% des génisses et 43% des vaches qui sont inséminées avec de la semence sexée.

3% des génisses et 2% des vaches allaitantes sont inséminées avec de la semence sexée.

En race allaitante, entre 2% et 29% des génisses sont inséminées en semence sexée. Pour les vaches, cette pratique est moins fréquente, entre 1% et 15% sont inséminées en sexée. Les proportions les plus fortes se trouvent dans des races à petit/moyen effectif. Les grandes races allaitantes (charolaise, limousine) présentent des taux d’IA sexées faibles.

DIFFERENCIATION DE L’UTILISATION DE LA SEMENCE SEXEE

Si les IAP sexées se partagent presque de moitié entre génisse et vache chez les femelles allaitantes, chez les femelles laitières il existe une préférence pour l’insémination des génisses en semence sexée : 61% des IAP sexées concernent des génisses. En majorité, les IA sexées se réalisent en première IA dans les deux filières. Chez les femelles allaitantes, 1/4 de leurs IAP sexées sont des IA sexées mâle. Les IA sexées mâle sont minoritaires chez les femelles laitières (3%) mais progressent.

À la suite d’une insémination première sexée, peu de retours en IA n°2 sont assurées elles aussi en sexée. Chez les races laitières les plus utilisatrices d’IA sexées, comme la jersiaise ou la brune, on retrouve respectivement 26% et 20% des IAP sexées sur génisse qui ont été suivies d’une IA n°2 sexées. L’IA3 est le plus souvent assurée en semences conventionnelles.

UTILISATION DE LA SEMENCE SEXEE PAR RACE DE TAUREAU

Les taureaux de race jersiaise, montbéliarde et brune augmentent encore leur proportion d’IAP sexées sur cette campagne avec respectivement +3%, +2% et +3% d’IAP sexées par rapport à la campagne précédente. On note que plus de la moitié de l’activité des taureaux jersiais est assurée en semence sexée femelle (51%). Avec des volumes plus faibles, les taureaux pie-rouge et angus font partie des races avec la plus forte évolution : +3% de leurs proportions d’IAP sexées. Le volume d’IAP sexées des taureaux inra95 a doublé sur cette campagne. On note toutefois que la grande majorité de leurs IA sexées le sont en mâle. Les IA sexées mâle sont majoritairement issues de taureaux de races allaitantes.

Parmi les 574 974 inséminations sexées enregistrées sur cette campagne, voici la répartition par race de taureau :

Plus de la moitié des IAT sexées sont assurées par un taureau prim’holstein (55%). Presque 1/3 est réalisé par un taureau montbéliard (27%) ou normand (5%). On retrouve aussi dans ce top les races de taureau charolais et blanc bleu, mais comme vu précédemment, notamment pour de la semence sexée mâle.

Au global ce sont 3 157 taureaux (+224 /2019-2020) dans 35 races différentes qui ont été utilisés en semence sexée.

Seules les races avec plus de 200 taureaux utilisés sur la campagne sont affichées sur ce graphique, mais on peut tout de même ajouter les taureaux de race rouge scandinave et vosgienne, peu nombreux mais dont respectivement 43% et 42% d’entre eux ont été utilisés en semence sexée. Chez les taureaux de races laitières, on constate une forte proportion de taureaux réalisant des IA sexées notamment chez les taureaux de race jersiaise (63%), brune (46%), montbéliarde (45%) et prim’holstein (38%). On note une disponibilité plus limitée du nombre de taureau en semence sexée dans les races allaitantes. Quelques pourcents d’entre eux sont disponibles en semence sexée.

Si les taureaux de races allaitantes sont moins utilisés en IA sexée, une part de marché semble toutefois se développer pour eux. Les IA sexées mâle de taureaux allaitants sur femelles laitières connaissent une augmentation continue depuis plusieurs années. Cela reste un choix marginal (≈1% des IAT) mais la courbe progresse.

UTILISATION DE LA SEMENCE SEXEE SUR LE TERRITOIRE

Des différences selon les régions d’élevage : en fonction de la part de femelles laitières, de la race et des systèmes de production.

La proportion de troupeaux allaitants et laitiers diffère selon les régions d’élevage, certaines races sont plus présentes que d’autres, l’offre de taureaux en semence sexée est inégale, la motivation pour obtenir des femelles est variée.

La représentation de la pénétration de la semence sexée sur génisses laitières par département est présentée dans la carte ci-dessous :

PERFROMANCES DE REPRODUCTION

Taux de non-retour 18-90j par type de femelle, statut et type de semence sexée
Taux de non-retour 18-90jIAP non-sexéesIAP sexées femelleIAP sexées mâle
Femelles laitièresGénisses71%60%59%
Vaches58%49%46%
Femelles allaitantesGénisses77%66%66%
Vaches78%72%66%

Les taux de non-retour 18-90j sont calculés ici seulement pour les taureaux diffusés à la fois en semence sexée et en semence conventionnelle.

Chez les femelles de race laitière, les génisses présentent des taux de non-retour 18-90j (TNR 18-90j) supérieurs aux vaches, ≈ +10%, quel que soit le type de semence utilisé. Elles présentent une meilleure fertilité. L’écart entre une IAP sexée ou conventionnelle est environ de 10%. Cette valeur varie selon les races.

En race allaitante, la différence de TNR 18-90j entre génisse et vache est mince. Etrangement, les génisses inséminées en sexée femelle présentent un TNR 18-90j inférieur aux vaches elles aussi inséminées en sexée femelle. Il est important de rappeler l’impact fort du système d’élevage allaitant sur cet indicateur de taux de non-retour. En effet, un taux de non-retour indique si une IA est suivie d’une nouvelle IA dans les 18-90j dans notre cas. Mais il ne permet pas de certifier si cette IA a été fécondante. Si un retour est assuré par un taureau de monte naturelle, alors aucun retour d’IA n’est visible et pourtant la dernière IA n’était pas fécondante. Cela peut expliquer en partie les meilleurs taux observés chez les femelles allaitantes comparées aux laitières. De plus, l’écart entre IA sexée et conventionnelle dépend aussi du nombre d’IA réalisées.

Les résultats par race de femelles sont variables. Seuls les TNR 18-90j calculés à partir de 500 IAP sont indiqué :

ETUDE DU SEX-RATIO ET DES NAISSANCES ISSUES D’IA SEXEES

Le sex-ratio est clairement orienté après utilisation de semence sexée, à 91/9 % selon le sexe choisi.

Globalement, les naissances suivant des IA fécondantes en semence sexée femelle donnent 91,3% de femelles, dans à peu près toutes les races. Concrètement, 171 490 génisses sont nées à la suite d’un IA sexée de la précédente campagne 2019-2020.

Les résultats de condition de naissance diffèrent selon la race de la mère. On remarque notamment des conditions de naissance avec aide et difficile en plus forte proportion chez les génisses montbéliarde et normande. Les génisses jersiaise présentent le taux les plus haut de naissances faciles. Pour l’ensemble de ces races, les veaux nés d’IA sexées femelle sont plus souvent nés facilement que des veaux issus de semence conventionnelle. 

 

Retrouvez une version PDF de cet article dans les documents associés ainsi que deux annexes reprenant les tableaux des données soit par année civile soit par campagne d'IA.