Retour

Semer les prairies sous couvert de céréales pour sécuriser leur implantation

Fiche levier pour s’adapter au changement climatique et faire face aux aléas

Publié le par Aurélie Madrid (Institut de l'Elevage), Patrice Pierre (Institut de l'Elevage)
Alimentation - Abreuvement Climat Gestion du pâturage Cultures fourragères Bovin lait Ovin lait Bovin viande Caprin Ovin viande
Le semis sous couvert de céréale (ou d’une association céréales-protéagineux) consiste à semer une prairie temporaire en même temps qu’une céréale. Possible à l’automne ou au printemps, cette méthode sécurise l’implantation des prairies temporaires, notamment face aux aléas climatiques.

 

Comment faire ?

À l’automne, on sème le même jour la céréale (ou une association céréale-protéagineux) et la prairie, en respectant les doses de semis préconisées pour chaque espèce.

Concrètement, on peut utiliser :

  • un semoir à bottes (bottes relevées ou descentes décrochées ou semis à la volée). Il faudra alors semer en 2 passages.
  • Un semoir à double caisson permettant de s’affranchir d’un passage.

La céréale doit être semée à une profondeur de 2 à 3 cm et la prairie dans le premier centimètre, dans l’entre-rang de la céréale.

Après le semis, il faut penser à bien réappuyer le sol (rouleau denté ou cultipacker).

Il est aussi possible (mais plus risqué) d’implanter la céréale ou l’association à l’automne, puis la prairie en fin d’hiver (au stade tallage de la céréale), après un passage de herse étrille.

 

Pour quels résultats ?

Dans le cas d’une récolte en fourrage : le rendement est en général similaire à celui d’une céréale ou d’un mélange céréale-protéagineux cultivé seul.

Dans le cas d’une récolte en grain, on observe souvent des pertes de rendement.

 

Des avantages pratiques et environnementaux

En première année, le salissement est limité et l’utilisation de produits phytosanitaires n’est pas nécessaire. Le temps de travail et la consommation de carburant sont réduits, ce qui limite les émissions de gaz à effet de serre. Le sol est couvert plus longtemps, réduisant ainsi le risque d’érosion.

 

Faire attention aux choix des espèces à implanter

La céréale ou l’association céréale-protéagineux ne doit pas être trop couvrante afin de limiter la compétition avec la prairie.

Si on vise une récolte en grain, il faut choisir une prairie peu agressive (à base de RGA, de fétuque élevée, fléole…).

 

 

 

Pour en savoir plus, téléchargez la fiche technique dans l'encadré en haut à droite.

 

Cette fiche a été élaborée dans le cadre du projet LiveAdapt, qui bénéficie du soutien financier de la Commission Européenne dans le cadre du programme Life.