Retour

Regard sur l'Insémination par l'éleveur (IPE) en 2019

Publié le par Denis Faradji (Institut de l'Elevage)
Choix des reproducteurs Bovin lait Bovin viande
L'insémination par l'éleveur est une pratique qui se développe dans toutes les zones d'élevage depuis la fin des années 2000. Le développement de cette pratique est lié à l'accroissement de la taille des troupeaux, mais aussi à la volonté de ces éleveurs, de piloter de façon autonome la reproduction de leurs vaches et génisses, tant pour des raisons techniques, qu'économiques. En 2019, ce sont plus de 5000 éleveurs qui ont réalisé eux-mêmes plus de 725 000 inséminations bovines dans leurs troupeaux.

Évolution des inséminations réalisées par les éleveurs IPE

L’insémination par l’éleveur (IPE) concerne 5 089 élevages en 2019, cela représente 246 éleveur-inséminateurs de plus que l'année précédente.

 

Au total, ce sont 725 954 inséminations qui ont été réalisées et enregistrées par les éleveur-inséminateurs (+64 000 IAT/2018).

 

En termes de nombre d’éleveur cela correspond à une augmentation de +5% , quant à l’activité IA, elle progresse de +10% par rapport à 2018

 

Activité IA des élevages IPE

l'activité réalisée par les élevages IPE, en progression, représente 10.6% des inséminations bovines Française. Pour 66% des élevages IPE,c'est une activité exclusive, l’EMP n’intervient pas et l’ensemble des inséminations sont réalisées par l’éleveur.

 

Activité et localisation des élevages IPE

 

La répartition sur le territoire des éleveurs IPE actifs et la part des IA qu'ils réalisent parmi l’ensemble des inséminations, est représentée dans les cartes ci-dessous. Dans les départements où la densité d’élevages est très faible, le recours à la pratique de l’IPE est plus fréquent. Là où les troupeaux sont de grande taille, la pratique est aussi plus développée.

 

  

 

 Cliquez sur la carte pour l'agrandir

 

On pratique davantage l'IPE dans les grands troupeaux

Les éleveurs-inséminateurs sont plus représentés dans les grands troupeaux (figure 1 et 2). L'activité IPE représente 16% des IAP totales dans les troupeaux qui comptent plus de 100 IAP et 22% dans les troupeaux à plus de 200 IAP (figure 3).

 

figure 1figure 2figure 3

 

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Enregistrement des inséminations dans le SNIG

 

Pour assurer la traçabilité de la semence des reproducteurs et également pour la certification de la filiation des veaux qui en sont issus, la réglementation demande que les entreprises de mise en place déclarent les IA dans le SNIG dans un délai de deux semaines. Pour les éleveurs inséminant au sein de leur troupeau le délai est d’un mois.

       

 

Le délai moyen d’enregistrement dans le SIG est de 19 jours, et se réduit de 2 jours par rapport à 2018. Toutefois, même si ce taux s’améliore de 2% par rapport à 2018, 22% des IA IPE sont déclarées hors délai.

 

La réglementation définit le cadre de la pratique de l'insémination par l'éleveur. Les articles relatifs à cette activité sont présentés dans cette plaquette, en deux parties :
  • la déclaration préalable à l'activité d'insémination
  • l'enregistrement des inséminations (IA) dans le SNIG au fil du temps.

Pour bien connaître le cadre de la pratique de l'insémination par l'éleveur au sein de son troupeau, une plaquette à destination des éleveurs et des techniciens est proposée par l'APCA et l'Institut de l'Elevage.


Elle est téléchargeable ici