Retour

Projet Praigly - Prairie sans glyphosate, ni labour

Evaluation d’itinéraires techniques innovants ou alternatifs permettant de s’affranchir de l’utilisation du glyphosate lors de la destruction de couverts prairiaux

Publié le par Elodie Desmonière (AFPF), M. Moquet (ARVALIS-Institut du Végétal), Fabienne Launay (Institut de l'Elevage), Patrice Pierre (Institut de l'Elevage), Elodie Roget (ARVALIS-Institut du Végétal), Lucie Morin (CRA Normandie )
Cultures fourragères Systèmes fourragers Bovin lait Bovin viande Caprin Equin Ovin lait Ovin viande Veau de boucherie
La destruction de prairies est une étape souvent nécessaire pour les prairies temporaires en rotation, mais également pour les prairies dégradées en vue de leur rénovation. Aujourd’hui, dans la quasi-totalité des cas, cette destruction nécessite l’application de glyphosate ou le labour. Bien que très efficace notamment sur les graminées, le glyphosate, dont les possibilités d’utilisation sont déjà très restreintes, pourrait à terme être interdit. Cette solution est chaque année utilisée sur plus de 200 000 hectares de prairie et aucune alternative chimique n’existe aujourd’hui pour contrôler les graminées vivaces. Le labour est la principale alternative mais cette technique, plus coûteuse, n’est pas applicable dans certains contextes de sols, ou n’est volontairement plus pratiquée dans certains systèmes de cultures. Le projet « PRAIGLY » a pour objectif de proposer des solutions alternatives pour la destruction des prairies dans le cadre de systèmes d’élevage variés. Il vise notamment à explorer et trouver des réponses via de nouveaux itinéraires techniques efficaces et reproductibles dans différents contextes.

Pour répondre à cette problématique, 3 phases de travail sont envisagées :

Axe 1 : État des lieux des leviers utilisables et utilisés pour la destruction des prairies dans les systèmes fourragers.

 

  • Étude bibliographique des leviers disponibles permettant d’éviter la destruction des prairies, comme le sursemis et le semis direct. Étude de l’efficacité de ces techniques alternatives et de leur faisabilité (coût, temps de travail).
  • Enquêtes sur le terrain, chez les éleveurs, afin de traquer les innovations mises en place pour détruire les prairies, en prenant en compte la diversité des conditions pédoclimatiques.

 

Cet état des lieux a permis d’identifier les matériels et itinéraires les plus utilisés chez les agriculteurs qui ont choisi de supprimer le glyphosate et le labour, en agriculture biologique ou en conventionnel.

Les enquêtes ont bien mis en évidence les points indispensables à la réussite des techniques alternatives : multiplication des passages, quels que soient les outils utilisés, précision dans les interventions avec les outils de travail du sol, notamment le contrôle de la profondeur, sans compter bien sûr la dépendance aux conditions météo et au type de sol. Outre l’identification de combinaisons d’outils efficaces pour détruire la prairie, l’enquête a également montré le recours fréquent à une culture fourragère implantée en dérobée, semée avant ou en même temps que la nouvelle culture, pour aider à détruire l’ancienne prairie.

 

Axe 2 : Évaluation des moyens de destruction de prairies dans différents contextes.

Cet axe a pour but de tester en conditions réelles plusieurs techniques de destruction de prairies avant deux types de culture (maïs ou prairie rénovée). Cinq sites expérimentaux sont engagés dans le projet PRAIGLY sur la période 2019-2022 afin de tester des itinéraires alternatifs  : les stations expérimentales Arvalis de Bignan (56) et la ferme expérimentale de La Jaillière (44) dans le cadre de destruction de prairie temporaire avant implantation de maïs ; la ferme Expérimentale Professionnelle de Lorraine d’Arvalis à Saint-Hilaire-en-Woëvre (55) et la ferme expérimentale de Normandie « La Blanche Maison » à Pont-Hébert (50) pour la rénovation d’une prairie longue durée. La station Arvalis de Bignan (56) et la ferme expérimentale des Bordes à Jeu-les-Bois (36) étudient par ailleurs l’efficacité de différents outils de travail superficiel du sol.

 

Carte : Localisation des sites du projet PRAIGLY

Dans les deux essais de rénovation d’une prairie longue durée, les modalités étudiées sont les suivantes : valorisation maximale (fauche tardive) avant travail du sol, implantation d’une culture dérobée (colza de printemps), désherbage mécanique superficiel, semis sous couvert de MCPI (avec semis de prairie à l’automne), et des modalités témoins (destruction avec glyphosate ou labour et prairie initiale conservée). L’essai de La Blanche Maison est conduit sur une parcelle avec agrostis, ce qui complique l’exercice. En année 2, du fait de la sécheresse automnale, le désherbage chimique à Saint-Hilaire n’a pu être effectué qu’au printemps suivant, et le désherbage électrique n’a pas pu être reconduit. Il a été remplacé par un travail mécanique superficiel de printemps. Dans les deux essais destruction d’une prairie temporaire avant implantation d’un maïs, les modalités testées sont la destruction mécanique par un travail du sol superficiel, la valorisation maximale (fauche tardive) et l’implantation d’un méteil (MCPI) à l’automne exploité début avril avant le semis du maïs, en comparaison avec 2 témoins destruction avec glyphosate et labour. Sur les quatre sites, les essais sont répétés deux années consécutives.

Tableau : Inventaire des modalités évaluées dans le projet PRAIGLY

 

En complément de ce dispositif, différentes familles d’outils de travail superficiel du sol sont évaluées sur leur aptitude à détruire une prairie, toujours en comparaison aux témoins glyphosate et labour. Ces essais sont réalisés en 2021 dans deux sites : sur prairie temporaire avant maïs à la station expérimentale de Bignan et sur prairie longue durée en vue de sa rénovation à la ferme expérimentale des Bordes. Les familles d’outils en comparaison ont été choisies en s’appuyant sur l’étude bibliographique et l’enquête auprès des agriculteurs :

  • Outil à dents avec socs « pattes d’oie » ou à « ailettes », ayant pour finalité de scalper les plantes en dessous du plateau de tallage
  • Outil à disques indépendants, dont l’objectif est de découper la prairie en bandes étroites
  • Outil à dents animé, avec rotor à axe horizontal et lames incurvées (type fraise rotative ou rotavator), pour scalper les plantes en dessous du plateau de tallage et mélanger les résidus
  • Outil à dents auto-animé, avec rotors à axe horizontal et dents droites (type Dynadrive), pour découper et soulever la prairie

 

Axe 3 : Synthèse des références acquises et mise en forme des préconisations à destination des acteurs concernés.

Compiler, synthétiser, analyser et mettre en perspective les essais conduits pendant le projet. Plusieurs livrables sont envisagés : une grille d’analyse de l’efficacité des différents leviers en fonction des situations (type de couvert prairial, type de sol, conditions climatiques…), une fiche descriptive par levier reprenant leurs avantages et inconvénients. Ces travaux permettront aussi une contribution significative au prochain guide technique sur l’implantation des prairies.


L’analyse multicritères des essais permettra d’obtenir des éléments de réponse pour aider les agriculteurs dans leur choix sur des critères techniques (efficacité et faisabilité) et économiques, mais également sur le temps de travail et le bilan environnemental.

Partenaires