Retour

Limiter la survenue des infections par une traite non agressive

Publié le par Renée de Crémoux (Institut de l'Elevage)
Qualité des produits laitiers Santé Traite Caprin

Le sphincter du trayon est la principale barrière face aux infections bactériennes.

 

Des pratiques de traite ou des réglages de l'installation de traite inadaptés peuvent être à l'origine d'une dégradation de l'état des trayons.

Celle-ci peut être de deux ordres :

  • il peut s'agir d'une altération ou d'un mauvais renouvellement de la kératine habituellement évacuée au cours des traites,
  • on peut également assister à une diminution de la souplesse du trayon et du diamètre du canal du trayon par congestion ou oedème. Dans les cas extrêmes, une nécrose peut être observée.

                     

Exemples de lésions de l'extrémité du trayon

(photos R. de Cremoux)

 Hyperkératose

Congestion

Oedème

     
Micro-hémorragiesAplatissementAnneau de compression

 

Peuvent être impliqués:

  • la technique de traite,
  • les réglages de l'installation de traite (niveau de vide, pulsation),
  • les caractéristiques du manchon-trayeur.

 

Une technique de traite adaptée

 

La surtraite, l’égouttage et la repasse (ou rebranchage) sont des pratiques traumatisantes pour le sphincter du trayon.

Si le canal du trayon est abîmé, son efficacité en tant que barrière face aux agressions bactériennes est forcément diminuée.

Les traumatismes mécaniques aggravent aussi les lésions déjà existantes sur les trayons.

Enfin, ces pratiques peuvent être à l’origine d’entrées d’air dont les conséquences ne sont pas négligeables sur le plan de la transmission des infections.

                                   

Des réglages adaptés

 

De mauvais réglages de la machine à traire peuvent également s’accompagner d’une détérioration de l’état des trayons.

             

Le niveau de vide

 

Un niveau de vide trop élevé permet une traite plus rapide. En revanche, le volume du lait d'égouttage est augmenté et la traite générée est agressive. Des lésions peuvent apparaître à l'extrémité ou sur le corps des trayons.
On peut observer par exemple des pétéchies (Il s'agit de petits vaisseaux sanguins qui se rompent. On voit alors sur la peau des petites plaques rouges hémorragiques ponctiformes ). 

 

A l'inverse un niveau de vide trop faible va de pair avec un volume de lait d'égouttage réduit. Par contre, les risques de glissements et de chutes de faisceaux-trayeurs sont accrus. Glissements et chutes peuvent induire des entrées d’air importantes pendant la traite. Par ailleurs, la traite est également plus longue. Ainsi, même si on considère assez souvent qu'un niveau de vide plus faible induit généralement moins de lésions des trayons, l'apparition dans ce contexte, d'une hyperkératose ne peut être exclue.

 

On préconise donc le plus souvent un niveau de vide moyen compris entre 36 et 38 kPa en ligne basse. Des valeurs un peu plus élevées peuvent être proposées en ligne haute (jusqu'à 40 kPa).

Attention toutefois : il s'agit là de plages de réglage de l’installation de traite. Chaque installation présente ses propres particularités et le contrôleur "machine à traire" adapte ses réglages en fonction des caractéristiques de l'installation de traite et, le cas échéant, des caractéristiques du troupeau.

                         

La pulsation

               

 La pulsation intervient notamment dans la qualité du massage de l'extrémité du trayon.

 

La pulsation comporte 2 phases principales :

  • une phase de succion : présence de vide dans la chambre de pulsation ; le manchon est ouvert ; le lait est aspiré et s’écoule
  • une phase de massage : présence d'air dans la chambre de pulsation ; le manchon est fermé ; l’écoulement du lait est interrompu.

 

Le passage d’une phase à l’autre est toujours progressif  : on parle de phases intermédiaires.

Lors de la phase de succion, la dépression produite (vide dans la chambre de pulsation) ouvre le canal du trayon et permet l’aspiration du lait mais elle provoque aussi un afflux de sang et de lymphe à l’extrémité du trayon. D’où une congestion (qui peut devenir douloureuse).

La phase de massage (air dans la chambre de pulsation et fermeture du manchon) a pour objectif de décongestionner le trayon et de résorber cet oedème. Elle est donc extrêmement importante.

                  

Cycle de pulsation

 

             

En France, on préconise habituellement une fréquence de 80 à 90 cycles de pulsation par minute. Des essais ont été réalisés pour évaluer l’impact de fréquences de pulsation plus élevées (jusqu’à 120 cycles par minute). Dans ce cas, le temps individuel de traite est diminué mais l’incidence à long terme sur l’état sanitaire des trayons n’a pas été évaluée. Il est vraisemblable qu’une modification de la fréquence de pulsations nécessite simultanément celle d’autres paramètres et notamment du niveau de vide.  

 

Le rapport de pulsation (rapport entre le temps de succion et le temps de massage) le plus fréquemment observé est de 60 / 40.

 Un rapport de 50 / 50 est parfois appliqué. S’il n’y a pas de problème particulier, il n’y a pas lieu de le modifier.

Plus le rapport est grand, plus la vitesse de traite est élevée, mais plus les risques sanitaires tendent à augmenter. Dans ce domaine comme pour tous les paramètres de réglage de l'installation de traite, tout est donc affaire de compromis...

 

 A noter :

  • Contrairement aux machines à traire pour les vaches laitières, les phases intermédiaires "b" (succion) et "d"  (massage) de pulsation ne sont pas normalisées faute de références scientifiques et techniques précises
  • On recommande une pulsation électronique, en général plus fiable qu'une pulsation pneumatique.           

 

 

 

 Le manchon trayeur

 

Les différents éléments constitutifs du manchon trayeur participent à la qualité de la traite :

  • L'embouchure intervient dans le maintien du manchon sur le corps du trayon, dans la stabilité du vide sous le trayon,dans l'importance du "grimpage" du manchon (à mettre également en relation avec la forme et la texture du trayon lui-même),
           
  •  Le corps du manchon trayeur se distingue par sa forme, son diamètre, sa longueur et son épaisseur qui détermine en grande partie sa souplesse. Le diamètre a en particulier un effet direct sur la vitesse de traite mais aussi sur le "grimpage" du manchon.
                

 

Le massage de l'extrémité du trayon, l'élimination de la kératine, ne seront pas similaires selon la pression exercée sur le trayon. Celle-ci pourra varier selon les caractéristiques du manchon (souplesse, diamètre, longueur) et celles du trayon (longueur notamment, étirement en cours de traite,...).

 

 

 Ces différents paramètres sont encore relativement peu connus chez la chèvre.

On peut néanmoins rappeler l'importance :

             

  • du choix des manchons,
             
  • de leur entretien (attention notamment aux manchons vrillés, aux lèvres d'embouchure déformées)
            
  • et de leur renouvellement régulier (vieillissement des manchons s'accompagnant d'une modification de la souplesse, de la présence de dépôts,...)

Des manchons avec des ouvertures de tailles différentes

Photo S. Blain (SNGTV)

               

Pour en savoir plus :

 

Collectif. 2006. Installations de traite pour les chèvres. Ouvrage coordonné par P. Billon, Institut de l'Elevage. Editions France Agricole. 160 pp.

 

Collectif. 2009.Traire des vaches laitières. Ouvrage coordonné par P. Billon, Institut de l'Elevage. Editions France Agricole. 555 pp.