Retour

IBL 2012-2 ISU 2012 : les objectifs de sélection évoluent

Publié le par Pascale Le Mezec (Institut de l'Elevage), Didier Regaldo
Choix des reproducteurs Evaluations et index Bovin lait
Des évaluations maintenant disponibles pour les mammites cliniques et des aspects de la fertilité et les nouvelles possibilités de progrès offertes par l’évaluation génomique conduisent à redéfinir les index de synthèse des races laitières en faveur des aptitudes d’élevage.

En 2001, les objectifs de sélection des races laitières considéraient de façon équilibrée la production d’une part, et les caractères fonctionnels et morphologiques d’autre part. Dix ans plus tard, le déploiement de la génomique et les nouveaux caractères évalués imposent de revoir la définition de ces objectifs, en attendant les résultats de modélisations de la valeur économique des caractères (projet OSIRIS).

 

Améliorer la fonctionnalité tout en conservant le progrès laitier

Avec l’évaluation génomique, l’intervalle  de génération est raccourci (les animaux sont connus très jeunes et peuvent être vite mis à la reproduction) et la précision des index est améliorée (même des caractères très influencés par le milieu sont évalués avec une bonne précision, même pour les femelles). De ce fait, avec les mêmes efforts, des progrès génétiques plus importants deviennent possibles. La comparaison des réponses à la sélection avant et après la "révolution" génomique indique quelle attention peut être réservée aux caractères de production laitière pour conserver un rythme de progrès identique. Pour les trois races prim’holstein, normande et montbéliarde, la nouvelle part, réduite, de la production ainsi définie permet dans l’objectif de sélection une répartition différente et plus généreuse pour les aptitudes fonctionnelles.

Des index de synthèse fonctionnels rénovés

Depuis ces dernières années, des nouveaux caractères importants sont évalués. Leur intégration dans l’objectif de sélection est souhaitée, en fonction de leur importance relative parmi les autres composantes de l’ISU. Selon les races des options différentes sont parfois prises.

 

Santé de la mamelle : alliance cellules et mammites clinique

 

La valeur économique du critère mammites cliniques (MACL) est estimée au double du critère comptages cellulaires (CEL). Cependant, pour tenir compte de l’antériorité et de l’exhaustivité de l’enregistrement de CEL et de sa relation positive avec MACL, la synthèse "santé de la mamelle" est une composition plus équilibrée des deux critères.

Reproduction : fertilité vache et génisse et intervalle vêlage 1ère IA réunis

Les équivalences estimées des trois caractères évalués montrent la prépondérance de la fertilité vache (FERv) qui traduit les taux de réussite des inséminations pour les femelles ayant vêlé. Bien que le délai de mise à la reproduction, mesuré par l’intervalle vêlage-1ère IA (IVIA1), apparaisse important, la majorité des organismes raciaux ont choisi de valoriser la fertilité génisse (FERg) au-delà de la proposition issue des études comparant les trois caractères.

 

Longévité, traite, morphologie : les autres composantes de l’ISU

La longévité devient marginale (5%), mais elle est indirectement très présente au travers du poids cumulé accordé à tous les caractères qui lui sont liés. Les simulations de sélection sur ISU 2012 montrent d’ailleurs qu’elle peut poursuivre son progrès. La vitesse de traite est maintenant directement intégrée dans l’ISU, à raison de 3 ou 5%. Des redéfinitions du poids des postes dans les composites de morphologie interviennent en races normande et prim’holstein, où la synthèse morphologique MO fait maintenant une belle place aux membres. La variabilité de la synthèse MO normande est modifiée pour être plus cohérente avec celle de ses composantes et les index MO extrêmes sont plus éclatés.

L’ISU est personnalisé dans chaque race

Les objectifs de sélection sont définis en fonction de la situation des races : les marges de manœuvre en sélection sont inégales, le niveau des performances est différent, les atouts à défendre ne sont pas les mêmes… Parmi les races régionales, la brune applique déjà une nouvelle formule d’ISU qu’elle adapte en février 2012 en remplaçant les index CEL et FERv par les nouvelles synthèses STMA et REPRO. Les autres races laitières se détermineront un peu plus tard et conservent leur précédente formule d’ISU.

Avec une part de 35% dans l’ISU 2012, la production devrait connaître le même progrès génétique qu’avec l’ISU précédent où elle comptait pour moitié. La matière grasse réduite à une petite portion, progressera quand même grâce à sa bonne liaison avec la matière protéique. Parmi les aptitudes fonctionnelles (traite comprise) qui représentent aujourd’hui 50% de l’objectif de sélection, la reproduction est prioritaire. La morphologie est revalorisée, avec plus de poids accordé aux membres.

La production compte pour 40% dans l’ISU 2012, et l’absence des deux taux permet une réponse satisfaisante pour les quantités de matières. Le TP devrait, grâce à sa relation avec la MP, poursuivre son progrès.

L’accent est porté sur la santé de la mamelle avec une attention marquée vers une diminution de la fréquence des mammites cliniques. La morphologie conserve le même poids qu’auparavant, mais laisse plus de place aux aplombs au détriment du format.

45% : c’est la part accordée à la production dans l’ISU 2012, avec une insistance pour les protéines (quantité et taux).

Le poids de la reproduction est accru de façon sensible, et la santé de la mamelle devient aussi une composante importante de l’objectif de sélection. La morphologie conserve sa part et sa définition.

 

Des changements d’index, des reclassements attendus

Quand on modifie la règle, il est normal qu’un peu de bousculade se produise dans la hiérarchie des taureaux et des vaches. Pour les taureaux nés depuis 2003 et pour leurs index polygéniques, les différences sont en moyenne modestes, mais plus de 25% d’entre eux, en prim’holstein, font un écart de 10 points (et plus souvent à la baisse).

 

 


Variations ISU 2012/ISU 2001 pour les taureaux de races
montbéliarde normande prim'holstein
Variation moyenne d’ISU

+ 0,3 points

+/- 3,7

+ 0,5 points

+/- 6,9

- 3,9 points

+/-8,5

% de reclassements
 
+ de 10 points ISU - 8,5 % 5 %
- de 10 points ISU - 8 % 24 %

 

Pour plus d'information voir la note IBL 2012-2.