Retour

Conseils pour un travail en salle de traite sécurisé et confortable

Publié le par Alice Hubert (Institut de l'Elevage), Jean-Louis Poulet (Institut de l'Elevage), Jorane Leroux (MSA Ardèche Drôme Loire), Alice Pradier (Ferme Expérimentale du Pradel), Alain Pommaret (Ferme Expérimentale du Pradel), Pierre Ulrich (Ferme Expérimentale du Pradel), Philippe Thorey (Institut de l'Elevage), Claire Boyer (Institut de l'Elevage), Sylvie Morge (PEP Caprins Rhônes Alpes), Mäiwenn Klein (FNIL), Mélissa Brocart (Anicap), Maude Marpault (La coopération laitière)
Bien-être Travail Traite Caprin
Vous cherchez à optimiser et rendre plus confortable le travail lors de la traite, cette fiche est faite pour vous !

La traite est une astreinte quotidienne qu'il convient de rendre la plus confortable possible. Pour cela, différents leviers existent :

  • l'ambiance de travail,
  • l'aménagement de la fosse et des quais de traite,
  • la circulation et la contention des ateliers,
  • l'alimentation en salle de traite,
  • le matériel de traite.

Des aménagements peuvent être réalisés dans une salle de traite déjà existante. Lors d'un projet de changement d'installation ou de salle de traite, intégrer l'ergonomie dès le début de la réflexion amène d'autant plus de souplesse sur ces aspects. Des conseillers peuvent vous accompagner pour enrichir votre réflexion.

Retrouver dans cette fiche le témoignage des salariés de la ferme expérimentale caprine du Pradel. Ceux-ci vous parlent de leur expérience de changement de salle de traite, qui a eu lieu en 2019, dans un contexte d'agrandissement de la chèvrerie.

Vous trouverez en complément les références de documents sur le même sujet, vous permettant ainsi d'approfondir vos connaissances.

 

Cette plaquette a été réalisée dans le cadre du projet CMaFLAURA, en partenariat avec la ferme expérimentale caprine du Pradel (Domaine Olivier de Serres et Cap'Pradel), la chambre d'agriculture de l'Ardèche, le Groupement de défense sanitaire de l'Ardèche et la Mutualité sociale agricole Ardèche Drôme Loire. Ce projet a bénéficié d'un co-financement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes via le programme de subventions PEPIT et de l'ANICAP.