Retour

Trois simulations de mise en place d'un séchage en grange en élevage bovins lait

Publié le par Monique Laurent (Institut de l'Elevage), Véronique Bouchard (C.A. Rhône (69)), Jean-Pierre Monier (C.A. Loire (42)), Nathalie Sabatté (C.A. Savoie-Mont-Blanc (73-74))
Alimentation - Abreuvement Démarches de différenciation Systèmes fourragers Gestion du pâturage Equipements d'élevage Bâtiment Cultures fourragères Bovin lait
Le séchage en grange présente de nombreux avantages : fauche précoce du foin, récolte possible dans des fenêtres météo plus courtes, feuilles des légumineuses préservées, valeur nutritive améliorée ... Mais l'installation d'un séchage est un investissement important qui entraîne aussi des modifications de la conduite de l'élevage. Selon les structures des exploitations et les filières dans lesquelles celles-ci sont engagées, les incidences ne sont pas les mêmes sur la conduite des surfaces et du troupeau et sur les résultats économiques. Les 3 simulations présentées permettent de mieux appréhender ces changements.

 

L'installation d'un séchage en grange est simulée pour 3 situations initiales différentes :

  • dans un système à dominante herbagère du Massif Central
  • dans un système herbe-maïs bio du Massif Central
  • dans une exploitation en système foin "bottes rondes" en filière AOP Reblochon

 

Les incidences techniques et économiques détaillées pour chaque système montrent que le séchage en grange peut permettre une réduction des consommations de concentrés à condition de récolter une importante part de regain (40% en milieu sec et plus de 50% en milieu arrosé).Les économies de coût de concentrés sont toutefois loin de couvrir les annuités liées à l'investissement dans le séchoir. Celui-ci reste lourd et il est préférable de le réaliser à un moment où d'autres annuités s'arrêtent pour ne pas dépasser 100 à 110 € d'annuités par 1000 litres de lait.