Retour

Réussir l'installation d'un séchage en grange

Publié le par Monique Laurent (Institut de l'Elevage), Véronique Bouchard (C.A. Rhône (69)), Nathalie (72) Sabatté (C.A. Sarthe (72)), Angélique Andrieu (C.A. Alpes Hautes (05)), Gabrielle Dumas (C.A. Ain (01)), Jean-Pierre Monier (C.A. Loire (42)), Audrey Vigoureux (C.A. Isère (38))
Alimentation - Abreuvement Bovin lait
Le séchage en grange présente de nombreux avantages : il permet de récolter du foin précoce, dans de bonnes conditions, de conserver les feuilles des légumineuses … et ainsi d’obtenir du fourrage très ingestible et de bonnes valeurs nutritives. Le foin bénéficie également d’une bonne image auprès du consommateur. Mais sécher du foin en grange ne s’improvise pas : il faut bien réfléchir à son projet de la conception de l’installation à la constitution des rations, en passant par la gestion des prairies et l’organisation des chantiers de récolte.

Cette synthèse propose de guider la réflexion des éleveurs et leurs conseillers intéressés par ce mode de récolte. Le dimensionnement de l'installation s'établit en fonction des volumes de foin à stocker tout en prévoyant 3 zones de stockage pour pouvoir trier le foin et établir des rations adaptées aux besoins des animaux.

Avec le séchage en grange, la composition des prairies comprend plus de légumineuses et des espèces de plus longue durée, ce qui conduit à un allongement des rotations.

Du côté des animaux, les rations sont modifiées car le foin séché en grange est plus riche en protéines et nécessite l'apport d'énergie complémentaire. Mais c'est surtout la fibrosité de la ration qui évolue avec des risques d'acidose : le tri des foins dès l'engrangement est donc un point de vigilance important. Le passage d'un système "ensilage" à un système "foin ventilé" modifie aussi profondément l'organisation du temps de travail du fait de la multiplicité des coupes d'herbe. Pour illustrer cette synthèse, plusieurs simulations sont disponibles.

Documents associés