Retour

Co-conception et prototypage de bâtiments d'élevage bovins laitiers : une démarche innovante en bâtiment d'élevage

Publié le
Equipements d'élevage Bâtiment Bovin lait

Quatre étudiants de l’ISA-Lille spécialisés en agriculture durable et connectée ainsi que trois étudiants Junia spécialisés en BTP (bâtiments en travaux public) ont mené cette démarche. Les partenaires participants sont l’Institut de l’Elevage, Junia ISA Lille, le CNIEL et les membres du RMT bâtiments d’élevage de demain (Réseau mixte technologique).


Ce travail met en œuvre un aspect expérimental en particulier au niveau de sa méthodologie. Il s’articule autour de trois domaines : les fonctionnalités techniques du bâtiment, les méthodologies de conception collective et la prise en compte de l’avis de la société sur la construction.

 


Une expérimentation de co-conception


Cette expérimentation s’inscrit dans un programme de recherche sur les bâtiments d’élevage bovin laitier. Cette action se découpe en quatre parties :

  • l’identification et l’analyse des bâtiments et solutions innovantes existant sur le terrain ;
  • l’identification et l’analyse des attentes des différents acteurs de la filière sur les bâtiments bovins laitiers de demain (éleveurs, constructeurs, consommateurs) ;
  • la co-construction de prototypes de bâtiments innovants à partir de ces études ;
  • l’analyse de ces prototypes par différents acteurs de la filière et discussion autour de l’acceptabilité de ces innovations.


Sur une période de travail de huit semaines, l’équipe composée d’étudiants, de l’enseignant tuteur pour le projet et d’une équipe d’animation et méthodologie, a produit trois prototypes manipulables de bâtiments répondant aux enjeux de la filière. Ont été pris en compte : la demande sociétale, les attendus sur le bien-être animal, la variabilité du prix du lait, l’augmentation du nombre d’animaux par éleveur, l’amélioration des conditions de travail des éleveurs et la robotisation.


Un atelier de co-design a été organisé afin de recueillir les idées, les avis et les propositions d’éleveurs, d’experts en bâtiment et en intégration paysagère et du grand public sur les bâtiments laitiers de demain.

 

 

Définition du co-design


Le co-design, également appelé co-conception, correspond à un atelier permettant de mener un processus de travail collaboratif. Cet atelier s’appuie sur l’intelligence collective grâce à la contribution créative et spontanée de différents participants : utilisateurs, consommateurs, experts dans un domaine ou non. Afin d’animer au mieux cet atelier, les organisateurs d’atelier ont recours à des méthodes génératives ou à des activités simples et ludiques, adaptées à un temps court et à un public ne disposant pas forcément de compétences dans le domaine.

 

Principes de l’atelier de co-design


La co-conception reflète une pratique d’approche originale qui a pour but de mobiliser l’intelligence collective. Le principe est bien établi : l’approche de co-conception permet à un large éventail de personnes d’apporter une contribution créative à la formulation et à la solution d’un problème. Il est important de rappeler que chaque point de vue se voit attribuer la même valeur et la même importance, et ce, que la personne soit experte ou non. C’est ce qu’on appelle « l’égalité de dignité des contributions ». Ce principe est important à respecter afin que chacun puisse exprimer ses idées librement d’où la pertinence de réunir une grande diversité de contributeurs (participants).


Un autre principe à respecter est celui du « aller / retour – abstrait / concret réitérés » : il permet aux participants d’utiliser leur créativité sans limite durant certains exercices puis de revenir à des situations, objets, idées plus réalistes et réalisables.

 

 


Figure 1 : Principes de l’atelier de co-design

 

Le rôle de l’animateur est important et demande une expérience pour la préparation en amont puis pour assurer le bon déroulement de l’atelier. La méthode retenue dans ce projet se décompose en plusieurs étapes. Cet atelier se déroule sur une journée mais il a nécessité en amont plusieurs semaines de préparation de même pour l’analyse et la valorisation des résultats.

 


Premiers résultats de l’atelier de co-design


Avant de réaliser les maquettes, une étape a consisté à donner vie à ses idées (figure 2).

 

 

 

Figure 2 : Des croquis qui donnent vie à des idées

 

Le maquettage est l’étape finale de l’atelier de co-design. Il permet de rassembler les éléments, les idées et tous les points forts de ce travail. Une maquette a été fabriquée pour chacun des quatre axes : le respect de l’environnement, le bien-être animal, le confort de travail de l’éleveur et l’insertion paysagère.

 

 

 

Figure 3 : Les quatre maquettes réalisées dans le cadre de l’atelier co-design : en haut de gauche à droite : Intégration paysagère, Bien-être des animaux ; en bas de gauche à droite : Condition de travail de l’éleveur, Respect de l’environnement

 

 

Valorisation des idées/innovations de l’atelier


Les étudiants, en réunissant les idées et innovations provenant de l’atelier de co-design, ont fabriqué trois maquettes de bâtiments bovins laitiers.


Les axes retenus sont Maquette n° 1 « Proche de la réalité », Maquette n° 2 « Ferme en zone urbaine » et Maquette n° 3 « Design architectural ». Une description complète chacune des solutions pour les matériaux mis en œuvre, la conduite du bâtiment et les équipements et technologies utilisés.

 

 

La maquette n° 1 se situe dans la continuité de ce qui se construit actuellement comme bâtiment d’élevage. Les idées développées, autant technologiques qu’ergonomiques, peuvent se transposer aux bâtiments d’élevage déjà existants. La forme générale du bâtiment est rectangulaire, et il est fonctionnel pour un cheptel d’environ 160 vaches laitières.

 

 

Figure 4 : Maquette n° 1 « Proche de la réalité »

 

 

La maquette n° 2 est un moyen de communication pour les éleveurs, une vitrine de l’élevage bovin laitier. En effet, les enquêtes préalables et certains retours de l’atelier co-design montrent bien que le grand public ne connait plus assez l’élevage laitier et qu’il peut avoir une image biaisée de son fonctionnement, il apparaissait alors comme essentiel de faire revenir ces personnes dans les exploitations pour qu’elles puissent découvrir d’elles-mêmes le métier et la production. Ce bâtiment est donc pensé pour être accessible au grand public.


Figure 5 : Maquette n° 2 « Ferme en zone urbaine »

 

 

La maquette n° 3 s’inspire d’une idée évoquée lors de la première séquence de l’atelier co-design : faire du bâtiment d’élevage un concept architectural. Le but étant qu’on ne voit plus forcément cette structure comme un bâtiment d’élevage bovin mais comme une œuvre d’art inscrite dans le paysage. Ce bâtiment permet dans sa configuration actuelle d’accueillir une centaine de vaches laitières.

 

  Figure 6 : Maquette n° 3 « Design architectural »

 

 

Que retirer de cette expérience ?


L’aspect expérimental de ce travail fait qu’en l’état les résultats ne sont pas applicables mais sont très riches. En regroupant différents acteurs de la filière, spécialistes et consommateurs, l’atelier de co-design a permis de faire émerger de nouvelles idées sur les bâtiments d’élevage. Cela recouvre des aspects aussi différents que la conduite des animaux, le travail des éleveurs, l’innovation technologique, la compréhension de l’élevage par le grand public, la qualité architecturale, la modularité... Cette expérience souligne que les maquettes sont des outils qui favorisent les échanges entre des personnes d’horizons différents. Il est à noter que les études préliminaires à cet atelier sont essentielles, par exemple en rassemblant les attentes des éleveurs, les avis des constructeurs et équipementiers ou les attentes des consommateurs.

 

Les étudiants concluent : « Bien qu’ils tentent de répondre à plusieurs problématiques et enjeux, aucun de ces trois prototypes n’est parfait. Le bâtiment d’élevage laitier parfait n’existe pas. Chaque projet peut reprendre certaines idées mais doit s’adapter à sa localisation, au voisinage, à l’éleveur et son fonctionnement ».

 

Ce projet de recherche a bénéficié du cofinancement du CNIEL

(Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière)

Rapport de stage : Yncréa Lille, Idele, CNIEL - PROJET YES INNOVATION : Co-conception et prototypage de bâtiments bovins laitiers de demain - Janvier – mars 2020 -  Etudiants : BAHOU Solayman, BOUTROY Charlotte, UGAZIO Claire, Muhammad Sani AHMAD, RAMBAUD Caroline, MABILAIS Clara

 

Contacts :

Institut de l'Élevage

Junia ISA Lille