Retour

Revenu 2019 des exploitations (BV, BL, Caprins et Ovins)

Publié le par Groupe Economie du Bétail GEB (Institut de l'Elevage)
Coûts de production Revenu des éleveurs Bovin lait Bovin viande Caprin Ovin lait Ovin viande
Ces publications du département Economie de l’Institut de l’Elevage traitent annuellement de l’analyse des marchés du lait et des viandes en France et en Europe, de l’évolution des structures et des résultats des exploitations d’élevage suivies dans le cadre du dispositif Inosys Réseau d’Elevage pour chacune des filières ovines, bovines et caprines.

Revenu bovin lait et caprin stable

Les revenus des éleveurs caprins et bovins ont été stables en 2019 par rapport à l’année antérieure malgré un prix du lait en légère hausse dans ces deux filières qui a été annihilé par la progression quasi équivalent de l’ensemble des postes de charges.

 

Revenu bovin allaitant encore en baisse

En revanche, en bovins viande, la baisse des revenus des éleveurs spécialisés bovins viande, bien  qu’amortie par des aides sécheresse, se poursuit en 2019. À nouveau, ces élevages sont les plus impactés par le déficit hydrique et la chaleur estivale 2019. Leurs revenus chuteraient au plus bas et atteindraient juste les 11 200 €/UMO exploitant chez les naisseurs intensifs et 20 400 €/UMO chez les naisseurs engraisseurs de jeunes bovins intensifs.

 

Cultures pénalisées par la sécheresse

Côté cultures, les prix de vente sont en retrait et si les rendements des céréales à paille ont été bons, ceux du colza et des cultures de printemps ont été pénalisés par la sécheresse dans certaines régions.