Retour

Conjoncture 2019 : Cas-type ovins lait ROQ-01.2 - Zone herbagère spécialisé

370 brebis, début traite au 15-12

Publié le par Emmanuel Morin (Institut de l'Elevage), Catherine de Boissieu (Institut de l'Elevage), Jean-Christophe Vidal (C.A. Aveyron (12)), Nathalie Rivemale (C.A. Lozère (48)), Laureline Drochon (Confédération Roquefort), Jean-Claude Mathieu (EDE Tarn (81)), Gilles Noubel (Unotec)
Coûts de production Conseil en élevage Revenu des éleveurs Ovin lait
Sept cas-types illustrant les systèmes ovins laitiers conventionnels sont disponibles pour la région Occitanie. Elaborés en 2010 et 2011 dans le cadre du projet Roquefort’In, leur actualisation économique régulière a permis de prendre en compte l’évolution du prix du lait et des agneaux, l’évolution des aides, du coût des aliments achetés et des autres postes de charges… Mais depuis bientôt 10 ans, les exploitations se sont agrandies, les performances laitières des troupeaux ont progressé… Le travail réalisé par l’équipe régionale Inosys pour le bassin de Roquefort a permis de mettre à jour l’ensemble de ces cas-types en prenant en compte les évolutions enregistrées dans les élevages suivis : assolements, surfaces et cheptels, productivité laitière et complémentation, équipement…

Les cas-types décrits pour la région Occitanie illustrent la diversité des systèmes rencontrés dans le bassin de Roquefort. Ils se distinguent les uns des autres par :

  • La localisation : le Ségala pour deux d’entre eux qui bénéficient de conditions pédoclimatiques relativement favorables, les zones herbagères d’altitude du Lévézou et des Monts de Lacaune pour deux autres et les zones pastorales de Causses pour les trois derniers.
  • La période de traite, qui démarre début septembre pour les élevages les plus précoces à début mars pour les plus tardifs.
  • La structure et la dimension de l’exploitation : main-d’oeuvre présente, surfaces disponibles, nombre de brebis présentes, présence d’un atelier complémentaire le cas échéant.
  • Le système fourrager basé sur la taille et la composition de la surface fourragère, le chargement, l’utilisation de parcours ainsi que le mode de récolte et de conservation des fourrages (foin, ensilage ou enrubannage, séchage en grange).

Dans tous les cas, la conduite du troupeau respecte les conditions de production de l’AOP Roquefort. Autonomes au niveau fourrager, les systèmes décrits intègrent dans leur assolement des cultures de céréales afin de limiter les achats d’aliments concentrés.