Retour

[Parole d'éleveurs - Covid19] En Lozère, la vente directe et le contact avec les clients ont été confortés

Interview de Jérémy Cathalan par Emeric Pélissier (Chambre d'agriculture de la Lozère)

Publié le par Emeric Pelissier (C.A. Lozère (48)), Christèle Pineau (Institut de l'Elevage)
Travail Circuits commerciaux Démarches de différenciation Equipements d'élevage Bovin viande
"Quand le confinement a été annoncé, j’étais en pleine livraison. Au départ j’ai eu très peur de ne pas pouvoir livrer les clients […]. On travaille avec des comités d’entreprises, et les entreprises étaient fermées …" raconte Jérémy Cathalan du GAEC Ranc-Cathalan. En écoutant cet échange entre Jérémy, jeune éleveur récemment installé, et Émeric Pélissier, technicien Bovins Croissance et conseiller INOSYS Réseaux d’élevage à la Chambre d’agriculture de la Lozère, vous découvrirez comment une exploitation allaitante lozérienne conduite en Agriculture Biologique et commercialisant tous ses animaux en vente directe a pu s’adapter lors de cette crise sanitaire sans précédent …

En janvier 2019, Jérémy Cathalan a rejoint Kevin Ranc, son ami d’enfance, sur une exploitation familiale conduite en Agriculture Biologique et orientée vers la vente directe. L'installation de Jérémy devait permettre de développer cette activité de vente directe mais la crise Covid est arrivée … et les objectifs fixés lors du projet d’installation ont finalement été dépassés durant cette période ! Mais avec une forte contrepartie, notamment en termes de déplacements et de temps de travail, car les livraisons ont dû être adaptées pour faire du porte à porte chez les clients pendant la période de confinement et ce jusqu’à la fin de l’été.

 

Même si cette exploitation lozérienne située dans un tout petit hameau à 1200 mètres d’altitude semblait protégée, Jérémy s’est imposé un isolement marqué pour protéger les siens et a pris toutes les précautions pour travailler avec Kévin. Côté clientèle, "On a eu vraiment beaucoup de contacts avec des voisins ou amis de nos clients, ce qui a développé la vente directe… La demande a été exponentielle, on a doublé nos commandes début juin. Notre prestataire de service Languedoc Lozère Viande, qui assure la découpe et la transformation, a pu absorber cette demande accrue des éleveurs en vente directe car certains de ses clients avaient suspendu leurs activités".

 

Et maintenant ?

Petit à petit, cela revient à la normale. Nous espérons maintenir les débouchés trouvés et ce niveau de commercialisation.