Retour

La bio au coeur de la journée régionale ovine des Pays de la Loire

Publié le par Vincent Bellet (Institut de l'Elevage)
Travail Revenu des éleveurs Ovin viande
Sous un grand soleil, le 21 septembre la 14èmeJournée Régionale Ovine des Pays de la Loire a rassemblé plus de 100 participants, dont plus de 40 éleveurs et 50 apprenants. Elle s’est déroulée sur une après-midi, chez Charlotte et Alex Moriarty, à Ruillé-Froid-Fonds en Mayenne. Elle était organisée par la Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire et l’Institut de l’Elevage, dans le cadre d’INOSYS-Réseaux d’Elevage et du programme Casdar AmTrav’Ovin.

Le circuit des quatre ateliers comprenait une présentation de l’exploitation de Charlotte et Alex, un élevage spécialisé ovin viande bio de 360 brebis (objectif de 450) sur 92 hectares tout en herbe, avec des zooms sur la conduite de la reproduction et sur l’engraissement des agneaux d’herbe sur prairies multi-espèces. L'utilisation de la race Poll Dorset, qui désaisonne naturellement et valorise très bien l'herbe, leur permet d'innover avec la production d'agneaux d'herbe en hiver à partir d'agnelages de fin septembre début octobre.

La bio au coeur de la journée

Un atelier était consacré au programme SECURIBIOV (sécurisation des trajectoires de conversion en bio en ovin viande), financé par le Conseil Régional, avec la présentation des résultats techniques et économiques sur 3 ans de 15 élevages des Pays de la Loire, ainsi que des simulations de conversion de deux cas-types conventionnels en bio (un spécialisé et un ovins-cultures). Les résultats mettent en lumière la fragilité des élevages ovins bio, fragilité accrue par l'arrêt des aides au maintien en bio.

Dans un atelier, le vétérinaire suivant l'élevage de Charlotte et Alex présentait les intérêts du recours à la coproscopie pour maîtriser le parasitisme interne, technique essentielle en bio, avec la possibilité d’examen d’échantillons au microscope

Préserver sa santé pour durer dans le métier d'éleveur ovin

Charlotte et Alex Moriarty font également partie du programme Casdar AmTrav’Ovin, dont l'objectif est l'amélioration des conditions de travail. Le passage à un système tout herbe leur a permis de réduire le temps de travail et d'améliorer fortement ses conditions d'exercice. "Avec des équipements adaptés (clôtures, contention), la surveillance des animaux en pâture nous prend 1h de marche le matin. C’est moins pénible que le travail en bâtiment : casque anti-bruit, seaux à porter, enlever les refus, paillage manuel…" Dans le cadre d'AmTrav'Ovin, un dernier atelier portait sur les règles et les postures à respecter pour manipuler les ovins en préservant sa santé. En effet, la taille des ovins peut laisser croire qu'ils sont aisément manipulables, au risque de se "casser le dos" !

L’ensemble des présentations est disponible en téléchargement sur le site de la Chambre des Pays de la Loire