Retour

Impacts technico-économiques de l’âge de première mise à la reproduction des brebis laitières de races pyrénéennes

Publié le par Carla Gava (GIE Elevage Occitanie)
Coûts de production Conseil en élevage Revenu des éleveurs Ovin lait
L’action 5.2 du projet CASDAR RUSTIC vise à évaluer, pour les élevages de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques, l’incidence de l’âge de première mise bas des antenaises, à 1 an ou à 2 ans. En effet, aujourd’hui, certains éleveurs retardent la mise à la lutte de leurs agnelles, pour réaliser des premières mises-bas à l’âge de 2 ans.

Dans les troupeaux de Manech tête noire localisés en zone de montagne du Pays Basque, les brebis sont très souvent mises à la reproduction à 2 ans.

Cette technique traditionnelle permet d’avoir une conduite plus extensive des agnelles, en limitant les distributions d’aliments concentrés et de fourrages conservés, et en maximisant leur alimentation à base de fourrages pâturés, y compris en valorisant des surfaces pastorales (estives d’altitude).

Aujourd’hui, de plus en plus d’éleveurs des Coteaux du Pays Basque, qui avaient un objectif de mise bas de leurs agnelles à 15 mois retardent la mise en lutte des agnelles pour une première mise bas à 24 mois. Leur objectif à court terme est de simplifier la conduite des agnelles, de mieux valoriser les surfaces disponibles et de réduire le coût du renouvellement?; à moyen terme, ils espèrent qu’une mise bas des agnelles à 2 ans permettra d’améliorer leur fertilité et leur longévité.

 

 

 

Documents associés