Retour

Cas-types caprins de la région Rhône-Alpes et Saône-et-Loire (fromagers)

Données économiques 2020

Publié le par Christine Guinamard (Institut de l'Elevage), Alessio MORO (ADICE), Anne Eyme-Gundlach (C.A. Drôme (26)), Philippe Allaix (C.A. Loire (42)), Agnès Liard (C.A. Rhône (69)), Jean-Luc Nigoul (C.A. Saône et Loire (71)), Nathalie Morardet (Association de filière Caprin Auvergne Rhône-Alpes)
Coûts de production Caprin
En 2020, après un premier confinement éprouvant, la plupart des fromagers fermiers ont maintenu leur chiffre d’affaires avec une belle saison estivale, de nouveaux circuits et des ventes en GMS en hausse. Ils seraient ainsi parvenus à maintenir leur revenu.

Commercialisation perturbée par la Covid

La commercialisation sur mars‐avril a été très difficile avec des marchés de plein‐air fermés. La plupart ont développé les ventes directes avec succès mais au prix d’un travail supplémentaire et de coûts de commercialisation souvent plus élevés. Des éleveurs ont mis en place des solutions de report, par exemple la fabrication de tomme, avec plus ou moins de réussite sur la qualité.

Une année fourragère encore compliquée

Le printemps 2020 a été doux avec des sorties précoces mais le manque d’eau et la chaleur de mars‐avril ont impacté la suite du pâturage et la quantité de fourrages. Avec des récoltes souvent de qualité mais en quantité moyenne, les éleveurs ont puisé dans leurs stocks et ont souvent acheté du foin.