UMT Pilotage de la Santé des Ruminants Dossier et publications Détail article 

Approche de l'impact technico-économique du CAEV

Intervention réalisée par Bertrand Bluet (idele) lors du Webinaire coanimé par l'UMT PSR et l'OMACAP du 10 Octobre 2022

Publié le par Bertrand Bluet (Institut de l'Elevage), Nicolas Ehrhardt (OMACAP), Renée de Crémoux (Institut de l'Elevage)
Très présente en élevages caprins, l'arthrite encéphalite caprine virale (CAEV) peut s'avérer pénalisante en élevage en raison des signes cliniques qu'elle induit (gros genoux notamment) et de ses impacts techniques et économiques. Une évaluation de son incidence sur les résultats techniques a été réalisée en comparant deux populations d'élevages sur la foi de leurs résultats de sérologie sur laits de tank vis-à-vis du virus. Ces résultats ont eu permis de simuler son impact économique. Bertrand Bluet synthétise les résultats obtenus

L'analyse sérologique vis-à-vis du virus de l'arthrite encéphalité caprine appliquée au lait de tank, a servi de base pour différencier deux populations d'élevages connectés adhérents à Capgènes. Les résultats techniques de ces deux populations ont été comparés et ont permis de simuler l’impact économique du CAEV.

Les élevages considérés comme "positifs" ont présenté de meilleurs index lait et ont pourtant eu tendance à avoir des chèvres avec globalement des niveaux de production moindres (différence non significative). En pratique, les différences de production laitière des animaux se creusent entre élevages "positifs" et "négatifs" avec l'âge des chèvres et sont marquées et significatives pour celles en troisième lactation ou plus. Lorsque l’on compare les « effet élevages lait » des deux populations, qui permettent d’effacer les différences de performances liées aux potentiels génétiques des animaux, la différence est marquée et significative dès la deuxième lactation. Un impact sur les besoins de renouvellement a également été mis en évidence (+7 %)  mais reste non significatif. Ces deux éléments ont été pris en compte pour estimer les pertes en production laitière globales de plus de 100kg de lait/chèvre et leurs incidences économiques.

Visionnez le diaporama

Retrouvez l'intervention