UMT Pilotage de la Santé des Ruminants Dossier et publications Détail article 

Trayons surnuméraires, une tare génétique à mieux prendre en compte dans la sélection

Publié le par Virginie Clément (Institut de l'Elevage), Isabelle Palhière (INRAE GenPhySE)
Une illustration des enjeux et intérêts de la sélection est proposée au travers de la problématique des trayons surnuméraires

La présence de trayons surnuméraires (appelée polythélie) est une tare génétique qui a un impact pour l’éleveur (réservoir de germes, difficulté de traite, réforme de la chèvre), mais aussi pour le schéma de sélection. En effet, un certain nombre d’animaux – mères de boucs d’IA, futurs boucs améliorateurs -  sont écartés du schéma de sélection, indépendamment de leur potentiel génétique, ce qui entraîne une perte de charge et une réduction du progrès génétique.

 

Exemples de trayons surnuméraires

           

Une fréquence faible dans la population caprine française

    

La fréquence est faible dans la population caprine française, de l’ordre de 0,9% pour les trayons fonctionnels (avec éjection du lait) et 2,6% pour les non fonctionnels sur l’ensemble des chèvres pointées par l’Organisme et Entreprise de Sélection Capgènes. Cependant, 78% des élevages sont concernés avec, pour la majorité d’entre eux, entre 2 et 5% des chèvres porteuses.

 

Une évaluation génétique en cours de mise en place

   

Concernant les aspects génétiques, ce caractère, avec un déterminisme polygénique, a une héritabilité variant entre 0,05 et 0,08 selon la race et le type de trayons pris en compte. La mise en place d’une évaluation génétique est en cours. Elle permettrait à Capgènes de mieux prendre en compte ce caractère dans la gestion du schéma de sélection et, à terme, d’éradiquer cette tare génétique.

 

Retrouvez ci-dessous la présentation en vidéo :

           

  

 

Visionner le diaporama

 

 

Pour aller plus loin : un observatoire des anomalies génétiques

    

En route pour un observatoire national des anomalies génétiques