UMT Pilotage de la Santé des Ruminants Dossier et publications Détail article 

Lactations longues : une diversité de carrières

Publié le par Renée de Crémoux (Institut de l'Elevage), Maxime Legris (Institut de l'Elevage), Virginie Clément (Institut de l'Elevage)
Plus de 16 mois minimum de lactation en continu : ainsi se définit une lactation longue. Le projet CASDAR RUSTIC a permis de commencer à appréhender les carrières des chèvres conduites en lactation longue dans toute leur diversité

On considère qu'une lactation est longue dès lors qu'elle dépasse 16 mois de lactation en continu (en l'absence de nouvelle mise bas). De nombreuses questions se posent notamment sur les performances des animaux conduits de cette manière, sur leur capacité à réaliser plusieurs lactations (donc sur leurs capacités de reproduction) et sur leur statut sanitaire.

   

Dans le cadre du projet CASDAR RUSTIC, une analyse des bases de données issues du contrôle de performance sur la période 1998-2016, a permis :

  • d'identifier différents types de carrière en lactations longues,
  • de caractériser les carrières des chèvres ayant eu une(des) lactation(s) longue(s) comparativement aux autres,
  • de commencer à identifier les déterminants du passage en lactation longue (en relation notamment avec les stratégies de conduite de la reproduction).

 

La présentation réalisée dans le cadre du Webinaire coanimé par l'UMT PSR et l'OMACAP synthétise les résultats acquis concernant les deux premiers volets de ces travaux.

 

Une diversité de carrières

 

Les lactations longues représentent, sur la période étudiée, environ 6,6 % des lactations mais au cours de leur carrière, ce sont plus de 16 % des chèvres qui sont conduites à un moment donné en lactation longue.

Dans 90 % des cas, les chèvres ne font qu'une lactation longue. Celle-ci peut être la seule lactation de l'animal ou être positionnée en début, fin ou, moins fréquemment, en milieu de carrière.

 

Des chèvres pas tout à fait comme les autres

 

Comparativement aux chèvres de la même cohorte (chèvres ayant mis bas pour la première fois la même année que les chèvres ayant eu une ou plusieurs lactations longues au cours de leur carrière), les chèvres qui font des lactations longues présentent en moyenne un nombre de jours de traite plus important que les autres et consécutivement des productions cumulées sur leur carrière également plus importantes. Ces performances sont toutefois variables à la fois en fonction du type de carrière (nombre de lactations et positionnement de la lactation longue au sein de leur carrière) et de la fréquence du recours des élevages aux lactations longues).

 

Les chèvres qui font par la suite des lactations longues sont, en moyenne, des chèvres plus productrices que les autres si l'on se réfère aux résultats obtenus à 250 jours de lactation. Elles ont également tendance à avoir des concentrations cellulaires plus faibles sur cette même période en cohérence avec les recommandations faites sur le terrain de privilégier la prolongation des lactations de chèvres saines.

 

De nombreuses questions encore en suspens

  

De nombreux travaux restent à conduire pour préciser les parcours des chèvres en lactations longues, mieux apprécier les relations entre productivité, persistance et fertilité, savoir comment les choisir mais aussi définir les conditions les plus propices pour une conduite en lactation longue réussie (conduite en lot ?, adaptation de l'alimentation ?, conditions de remise à la reproduction ?)...

 

Retrouvez ci-dessous la présentation en vidéo :

 

 

 Pour en savoir plus :

Une plaquette synthétique : les lactations longues, une stratégie à part entière