UMT Pilotage de la Santé des Ruminants Dossier et publications Détail article 

Diversité de l'écologie bactérienne

Publié le par Renée de Crémoux (Institut de l'Elevage)
Les bactéries susceptibles de causer des infections intra-mammaires peuvent provenir de différents réservoirs. Leurs mécanismes de transmission, même s'ils présentent des points communs, ne sont pas tous similaires. Enfin, après invasion de la mamelle, les bactéries pourront se localiser dans des sites préférentiels distincts.

Ces différents aspects sont illustrés pour quelques bactéries.

  

Principaux réservoirs et modes de transmission des bactéries

 

Le tableau ci-après synthétise les principaux réservoirs et modes de transmission pour différentes bactéries susceptibles d'induire des infections intra-mammaires chez la chèvre.

  

 

La transmission par la voie galactophore (pénétration par le canal du trayon) est commune à l'ensemble des bactéries listées. Elle survient principalement à l’occasion de la traite. Le fonctionnement de l'installation de traite et les pratiques de traite peuvent intervenir dans la survenue des infections : il s'agit de facteurs de risque.

 

L'importance de la traite dans les mécanismes de transmission est notamment rapportée pour les staphylocoques. Pour ces bactéries, la source  principale est la mamelle des animaux infectés (excrétion dans le lait).

 

Pour les autres bactéries pathogènes, les réservoirs peuvent être différents. On citera ainsi le rôle de :

  • l'environnement pour les streptocoques
  • l'eau (notamment) pour Pseudomonas
  • la litière, la présence de fourrages moisis pour Aspergillus

 

En ce qui concerne les mycoplasmes, l'existence d’animaux porteurs (persistance après infection dans les noeuds lymphatiques, mais aussi portage, y compris auriculaire) intervient dans le maintien de l'infection au sein du troupeau. Même si les mycoplasmes semblent relativement sensibles dans le milieu extérieur, l’environnement pourrait constituer, de manière transitoire, un réservoir de germes.

En termes de transmission de l'infection, si la voie mammaire a un rôle important, il existe néanmoins d'autres voies de pénétration des mycoplasmes, parmi lesquelles on citera plus particulièrement la voie orale et la voie nasale. A cela il convient d'ajouter la possibilité d'une transmission directe entre animaux (contexte d'une excrétion respiratoire) ou encore d'une transmission de la mère au jeune, in utero.

   

Principales localisations bactériennes dans la mamelle

 

Les entérobactéries (telles Escherichia coli) vont être retrouvées dans le lait.

 

Les streptocoques peuvent être présents dans le lait mais aussi en surface des épithéliums.

 

Les staphylocoques (notamment Staphylococcus aureus) peuvent être localisés dans les lumières des alvéoles et dans les canaux galactophores. Ils peuvent se développer dans les espaces intercellulaires, mais sont aussi des bactéries intracellulaires facultatives, capables de se multiplier dans les cellules phagocytaires. Ils seront donc présents dans les polynucléaires et dans le parenchyme mammaire. Ils peuvent ainsi être à l'origine de micro-abcès difficilement accessibles à l'action des antibiotiques.