inosys bandeau sans texte
Dossier et publications Détail article 

Résultats des élevages ovins laitiers, Pyrénées-Atlantiques - Repères techniques et économiques 2019

Publié le par Emmanuel Morin (Institut de l'Elevage)
Cette synthèse présente les résultats techniques et économiques des exploitations ovines laitières suivies au titre du Socle national INOSYS Réseaux d’élevage. Localisées dans le bassin de production du fromage AOP Ossau-Iraty, la plupart de ces exploitations valorisent leurs agneaux dans le cadre de l’IGP agneaux de lait des Pyrénées.

Le bilan de la campagne 2019 est très mitigé au plan fourrager : printemps marqué par une forte pluviométrie défavorable à la qualité des fourrages, été et automne particulièrement secs, nécessitant d’entamer les stocks de fourrages, printemps 2019 à nouveau très humide. Seul l’hiver, relativement doux, a été favorable au pâturage. Autour de 180 litres par brebis présente, la productivité laitière des troupeaux a légèrement diminué pour les éleveurs qui livrent leur lait (-3 %), alors qu’elle évolue à la hausse pour les fromagers fermiers (+7 %).

Le prix du lait livré est stable, à 1 064 €/1 000 litres, alors qu’il est en légère baisse (-1 %) pour les éleveurs qui fabriquent des fromages, à 2 061 €/ 1 000 litres. Cela ne permet pas de compenser l’augmentation du coût des matières premières enregistrée en 2019 : l’indice IPAMPA lait de brebis s’accroît en effet de +3,6 % et atteint son niveau le plus élevé. Il en découle une progression des charges opérationnelles par brebis, tant pour les livreurs (+5 %) que pour les fromagers fermiers (+4 %). À 135 €/brebis en moyenne pour les élevages qui livrent leur lait, la marge brute par brebis présente diminue de 4 %. Pour les fromagers fermiers, l’augmentation de la production laitière permet de conforter la marge brute qui se situe autour de 279 € par brebis présente, soit + 2 %.

Concernant les résultats d’exploitation, l’augmentation du produit brut enregistrée chez les livreurs est annulée par la hausse des charges opérationnelles (+6 %) et des charges de structure hors amortissements et frais financiers (+5 %). Le résultat disponible diminue de 10 % en moyenne, pour se situer autour de 27 500 € par UMO exploitant. Pour les fromagers fermiers, l’augmentation des charges opérationnelles (+6 %) est compensée par une diminution des charges de structure, hors amortissement et frais financiers (-7 %). L’augmentation du produit brut (+3 %) permet de conforter le revenu disponible (+9 %), à 37 800 € par UMO exploitant.