inosys bandeau sans texte
Dossier et publications Détail article 

Année économique bovins lait 2020 Perspectives 2021 (Dossier économie n° 517 - Février 2021)

Publié le par Groupe Economie du Bétail GEB (Institut de l'Elevage), Benoît Rouyer (CNIEL)
L’impact de la Covid-19 sur l’économie laitière française et européenne aura finalement été limité. La forte hausse des achats des ménages a presque totalement compensé la chute des ventes en RHD. Mieux l’excédent commercial de la France laitière s’est amélioré sous l’effet d’un ralentissement plus prononcé des importations que des exportations.

À l’exception de la France et de l’Allemagne, les deux principaux pays laitiers où elle a stagné, la collecte laitière a retrouvé de la vigueur presque partout ailleurs dans l’UE-27. Le supplément de production a été surtout commercialisé sur le marché intérieur, qui a résisté aux mesures de restriction de la RHD, et secondairement sur les marchés mondiaux où l’UE-27 a conforté sa position de 1er fournisseur mondial de produits laitiers (chapitre 4). La demande internationale en produits laitiers est demeurée bien orientée, grâce notamment aux politiques massives de soutien des revenus dans de nombreux pays et au rebond très précoce de la demande chinoise.

2021 reste très incertaine, même si, en ce début d’année, les signaux sur les marchés des produits laitiers sont bien orientés. Cependant, les prix des intrants, énergie et aliments du bétail, remontent rapidement avec l’espoir d’une vaccination généralisée contre le Covid-19 qui relancerait partout la demande en grains. En outre, la prise en compte des coûts de production et l’inversion de la logique de formation des prix, au cœur de la loi EGALIM, peinent toujours à se mettre en place. Cette année encore, les négociations tarifaires entre fabricants et distributeurs ont été âpres, même si l’issue (prolongée jusqu’au 15 mars) n’est pas encore connue à la date de finalisation de ce Dossier.