Dossier et publications Détail article 

Pâturage additionnel : les conséquences sur le travail

Publié le par Carole Jousseins (Institut de l'Elevage), Bernadette Boisvert (C.A. Dordogne (24)), Camille Ducourtieux (C.A. Dordogne (24))
Un partenariat gagnant/gagnant entre les agriculteurs et les éleveurs ovins avec ses intérêts, les précautions à prendre et une organisation du travail repensée.

Faire pâturer des brebis dans un verger ou des vignes, sur des intercultures, chez soi ou chez un tiers réinterroge les pratiques et les façons de faire. Préparer la surface à accueillir un troupeau est une étape incontournable. Lorsque les surfaces en pâturage sont chez un agriculteur tiers, il s'agira de prendre un temps de négociation et de notamment rationaliser et partage notamment le temps quotidien de gestion du pâturage et de surveillance. Augmenter la ressource pâturée allège le travail de distribution de l'alimentation en bâtiment, la confection des stocks et la gestion du parasitisme. Le pâturage sur une surface en cultures diminue le temps d'entretien du couvert.