inosys bandeau sans texte
Dossier et publications Détail article 

Résultats 2020 des exploitations ovins viande du Centre-Ouest

Publié le par Vincent Bellet (Institut de l'Elevage), Nathalie Augas (C.A. Charente (16)), Marie-Line Barjou (C.A. Haute-Vienne (87)), Maurane Beaumont (Chambre d’agriculture Pays de la Loire), Céline Clément (Syndicat ovin), Laurent Fichet (Chambre d’agriculture Pays de la Loire), Alain Gouëdard (CA Bretagne), Béatrice Griffault (C.A. Vienne (86)), Stéphane Migné (Chambre d’agriculture Pays de la Loire), Danielle Sennepin (C.A. Creuse (23))
Cette synthèse présente les résultats techniques et économiques de la campagne 2020 de 54 fermes de références ovines du dispositif INOSYS-Réseaux d’Elevage. Ces résultats sont présentés selon une double entrée : par combinaison de productions (résultats économiques globaux) et par type d’atelier (résultats techniques et coût de production). La meilleure conjoncture en viande ovine s’est bien traduite par une amélioration des revenus dans tous les systèmes.

En système spécialisé ovins, les revenus disponibles moyens des différents groupes Fourragers et Herbagers sont plus homogènes cette année, de l’ordre de 20 000 à 25 000 €/UMO. En système mixte ovins-cultures, la moyenne du groupe des Fourragers remonte dans la même fourchette, mais celle des Herbagers reste un peu en retrait, à près de 17 000 €/UMO. En système mixte ovins-bovins viande, les revenus moyens restent très différenciés, de 17 000 €/UMO (Herbagers en conduite Bergerie) à près de 45 000 €/UMO (Fourragers).

A l’échelle de l’atelier ovin, l’analyse des coûts de production met également en évidence cette amélioration du revenu : pour les trois orientations Bergerie, Herbe et Mixte, la rémunération moyenne permise pour le travail des exploitants est de 1,6 ou 1,7 SMIC/UMO, contre 1,2 à 1,5 SMIC/UMO en 2019.