Retour

Statistiques nationales raciales BGTA 2016

Races : Aubrac, Bazadaise, Blonde d'Aquitaine, Charolaise, Gasconne, Limousine, Parthenaise, Rouge des Prés, Salers

Publié le par Philippe Boulesteix (Institut de l'Elevage), Jean Guerrier
Evaluations et index Bovin viande
6 848 Bilans Génétiques du Troupeau Allaitant (BGTA) complets ont été produits en 2016, concernant les 9 races pour lesquelles des index IBOVAL en ferme ont été calculés. Cette édition s’accompagne de la production d’une série de statistiques nationales raciales issues des données contenues dans ces BGTA. Ces résultats permettent d’avoir une vision globale par race des principales caractéristiques techniques et génétiques des élevages au contrôle des performances, en fournissant notamment les écart-types d’index entre troupeaux pour situer l’importance des écarts de niveau entre eux.

 

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

La première partie du document consiste en des statistiques descriptives et des comptages sur tous les troupeaux. Un second volet propose des statistiques sur les valeurs génétiques des troupeaux connectés. Enfin, une troisième partie s’intéresse aux performances et à leur documentation.

 

Les chiffres fournis dans ces statistiques sont mis à disposition de chaque partenaire pour faciliter la comparaison des troupeaux entre eux. Les statistiques accessibles sont donc des moyennes de troupeaux non pondérées par l’effectif de chacun des troupeaux. Ces statistiques sont donc en cela différentes de la référence raciale fournie dans les BGTA connectés qui est une moyenne d’individus (veaux nés, vaches ou taureaux). En effet, pour chaque éleveur, on cherche à comparer le groupe d’animaux qui lui appartient, avec un autre groupe d’animaux. C’est une comparaison individu à individu. Cependant, l’écart entre les moyennes de valeurs génétiques d’individus et les moyennes de valeurs génétiques de troupeaux sont faibles pour l’ascendance maternelle (écarts maximum d’environ 0,5 points d’index). Pour l’ascendance paternelle et les veaux nés, ces écarts peuvent être plus importants (jusqu’à 2 points) du fait de l’utilisation différentielle de taureaux de types différents d’un troupeau à un autre.