Retour

Résultats 2013 des élevages BV suivis par Bovins Croissance

Focus sur la mortalité des veaux avant sevrage

Publié le par Emma Sanne, Aurélie Blachon (C.A. Garonne -Haute- (31)), Amélie Brisson (Bovins Croissance Nièvre (58)), Christophe Lecomte (France Conseil Elevage), Bénilde Lomelet (Bovins Croissance Loire Atlantique (44)), Didier Oden (Avenir Conseil Elevage)
Performances et phénotypes Bovin viande
Les performances animales sont l’un des facteurs-clés de la réussite et de la rentabilité des élevages bovins allaitants. Elles assurent en effet un certain niveau de productivité et une bonne valorisation des charges opérationnelles, notamment d’alimentation. En 2013, environ 10 600 élevages bovins viande ont été suivis par les organismes Bovins Croissance. La synthèse de leurs données constitue une vraie richesse d’informations sur les performances de reproduction, de croissance et même d’abattage des cheptels.

Les résultats moyens 2013 s’intéressent aux 8 principales races bovines allaitantes françaises. Ils cachent une très forte variabilité d’un élevage à un autre. Par exemple, en Charolais, la productivité globale moyenne est proche des 95% sur les 3 dernières campagnes. Pourtant, un élevage sur quatre est en dessous de la barre des 89% et à l’inverse un sur quatre dépasse les 102%. Au niveau des performances de croissance, on enregistre en 2013 une baisse des poids à 210 jours de l’ordre de 5kgv chez les mâles. Cette diminution est très certainement à rapprocher des conditions pluvieuses du printemps 2013 qui ont retardé les mises à l’herbe, pénalisé la qualité des fourrages et finalement dégradé la production.

 

La mortalité des veaux avant sevrage (210 jours) est un critère de maîtrise technique de la reproduction. Elle est en moyenne de 9,4% dans les élevages adhérents à Bovins Croissance. La mortalité périnatale explique environ la moitié de ce résultat. D’autres facteurs ont une influence comme les conditions de vêlage, les taux naissances gémellaires, la part de premiers vêlages et le groupage des vêlages. La taille du cheptel n’est pas apparue comme discriminante. Il aurait fallu la relativiser avec la main d’œuvre disponible mais cette information n’était pas disponible. Un fort taux de mortalité s’accompagne d’une dégradation de la productivité globale. Enfin, de meilleurs poids à âge type sont observés dans les élevages avec une faible mortalité.

Logo IdeleLogo France Bovins Croissance

Documents associés