Retour

Produire des volailles destinées aux circuits courts de commercialisation

Organisation et performances

Publié le par Françoise Morizot-Braud (CERD), Christine Guinamard (Institut de l'Elevage)
Produits laitiers fermiers Circuits commerciaux Autre filière
Les résultats présentés sont issus d’un travail d’enquêtes auprès de 111 exploitants avicoles répartis sur cinq régions françaises. Les logiques choisies de la production à la commercialisation, en passant par l’abattage, sont nombreuses. Il en est de même du nombre de volailles commercialisées et de l’importance de l’atelier volailles en circuits courts qui peut représenter de 2 à 100 % du chiffre d’affaires de l’exploitation. Le nombre de volailles élevées, abattues et commercialisées est étroitement lié aux systèmes de commercialisation, à l’organisation du travail et aux choix des outils d’abattage.

La vente directe aux consommateurs à la ferme ou en dehors de la ferme, constitue le circuit de commercialisation privilégié par les producteurs de volailles de moins de 20 000 volailles. Les gammes de volailles commercialisées sont plutôt larges (4 espèces ou types de volailles, voire produits découpés ou transformés).

 

Le choix du lieu d’abattage est une étape importante dans la mise en place d’un projet volailles en circuits courts qui peut être amené aussi à évoluer. Le nombre de volailles à abattre, la proximité d’un outil existant, prestataire ou collectif, l’inclinaison et le temps disponible pour cette phase de travail, sont autant de repères et de guide pour ce choix.

 

La production de volailles pour les circuits courts se caractérise par une phase d’élevage longue (nombre de jours d’élevage important) avec une faible densité en bâtiment et des parcours extérieurs, favorables à l’obtention de produits de qualité.

Logo Idele