Retour

Partir d’abord des besoins des animaux …

Publié le
Alimentation - Abreuvement Démarches de différenciation Bien-être Biodiversité et paysage Eau Gestion des effluents Production d'énergie Coûts de production Elevage et Société Evaluation environnementale Equipements d'élevage Qualité des produits laitiers Travail Revenu des éleveurs Bâtiment Economies d'énergie Bovin lait Autre filière Veau de boucherie
La mise en application concrète du concept de co-design aux poules pondeuses
Inaugurée en avril 2010, la ferme « Rondeel » de Barneveld est basée sur un concept original développé dans le cadre de la démarche de Co-design « Houden van hennen » de l’Université de Wageningen. Elle produit des œufs certifiés 3 étoiles en matière de bien-être animal (label Beter leven) qui sont commercialisés sous la marque Rondeel par la chaîne de supermarchés Albert Heijn. Installé depuis 2016, Timon Brandsen gère cet élevage de 30 000 pondeuses avec l’aide de 2 salariés. Comme son père avant lui, c’est un partisan convaincu de la démarche de Co-design, qui a su tirer parti d’une stratégie marketing efficace.

 

 

Présentation rapide de la ferme

 

Lieu : Barneveld - Eleveur : Timon Brandsen

 

Portrait de l’éleveur et historique du projet :

Le concept « Rondeel » a été mis en pratique en 2008 sur l’exploitation avicole de la famille Brandsen alors à la recherche d’un nouveau mode de production. Les travaux de construction ont commencé en 2009 et l’installation a été inaugurée en avril 2010.

Installé en juillet 2016 à la suite de ses parents, Timon Brandsen a repris la gestion de l’exploitation avec l’aide de 2 salariés. Auparavant il était en charge de la vitrine « micro Rondeel » implantée à Amsterdam dans un but de démonstration auprès des consommateurs.


Inauguration du bâtiment – avril 2010

Un bâtiment original et facile à gérer :

Structuré autour d’un cœur central, le bâtiment accueille 10 lots de 3000 pondeuses disposant chacun d’un quartier de nuit et d’un quartier de jour. Des volets permettent de faire circuler l’air de façon différenciée selon l’orientation du vent et d’envoyer de l’air frais dans les quartiers de nuit, ce qui permet d’assécher les déjections qui sont ensuite récupérées en sous-sol et conditionnées en « pellets » à 80% de MS. (cf notre zoom sur le caractère innovant du bâtiment)


 

Cheptel et production

30 000 poules (10 bandes simultanées de 3000 poules)

Les poulettes arrivent prêtes à pondre à 16-18 semaines. Elles proviennent d’élevages classiques ayant bénéficié de la lumière naturelle afin de les y habituer et de limiter les comportements agressifs au moment du transfert.

Les pondeuses sont réformées à environ 80-85 semaines.

L’usage des antibiotiques est limité aux phases critiques ou aux cas d’infections.

Les œufs produits par les élevages franchisés « Rondeel » sont commercialisés auprès de la chaîne de supermarché Albert Heijn à un prix à peine inférieur aux œufs bio. Une partie de la production est aussi écoulée en vente directe auprès des visiteurs (cf notre zoom sur la valorisation des produits)

 

Alimentation

Pour Timon Brandsen, au-delà des conditions de bien-être animal permises par le bâtiment, la qualité des œufs dépend surtout de la santé des poules, laquelle dépend aussi en grande partie de la qualité de l’alimentation et de l’eau d’abreuvement.

L’exploitation ne produit aucun des aliments distribués aux pondeuses. Tout est acheté à l’extérieur, en respectant le CDC de la marque Rondeel et ceux des labels (non OGM, …). Il ne s’agit pas d’un système en intégration, car les éleveurs restent libres de choisir eux-mêmes leurs fournisseurs d’aliments.

 

 

Un bâtiment circulaire conçu avant tout pour le bien-être des pondeuses

 

Fruit d’une vraie démarche de co-design faisant intervenir les différents acteurs de la filière et les ONG, le bâtiment est très optimisé (chaque espace est utilisé au maximum) et conçu pour favoriser le bien-être animal (pas de cages, présence de perchoirs, espace nuit et espace jour, libre circulation des animaux, densité inférieure au standard,…) ce qui a permis d’obtenir le niveau maximum (3 étoiles) du label Beter leven (reconnu par les consommateurs), et de valider le label environnemental Milieukeur. Le coût de construction, à peu près deux fois supérieur au coût d’un bâtiment classique, est compensé par un prix de vente élevé des œufs.

 

 

Le quartier de nuit comprend les éléments nécessaires aux fonctions et activités essentielles des animaux : alimentation, abreuvement, ponte, sommeil, repos.

La zone est obturée pendant la nuit à l’aide de volets roulants.

Tout a été conçu pour optimiser le confort des animaux en s’inspirant de leur comportement naturel (niches individuelles couvertes pour la ponte, système d’abreuvement goutte à goutte, perchoirs, …).

Le quartier de jour n’est accessible qu’en journée.

En grande partie couverte par un revêtement laissant passer la lumière naturelle, l’aire d’exercice dispose d’une extension à l’air libre grillagée, avec accès à divers matériaux favorisant l’expression des comportements naturels d’exploration.

Différents types de sol ont été testés au fil des ans : gazon naturel, gazon artificiel, … pour adopter finalement une litière composée de paille broyée et d’écorces sur un revêtement en béton.

Le cœur central permet de faire converger les œufs (acheminés par des tapis roulants) vers une unité de conditionnement.

On y trouve aussi le système de gestion de la ventilation naturelle, et l’unité dédiée à la gestion de l’alimentation.

Le cœur central comprend également des salles de réunions destinées à recevoir le public, avec un tunnel vitré qui permet aux visiteurs de circuler au milieu des poules entre deux quartiers de jour. Les franchisés Rondeel s’engagent en effet sur une transparence totale de leur mode de production, d’où la présence des tunnels « visiteurs ».

 

 

Une démarche marketing et une certification qui valorise très bien les produits :

 

S’appuyant sur quelques éleveurs franchisés, la société « Rondeel » a développé un concept marketing très poussé qui permet une forte démarcation et une très bonne valorisation de ses produits auprès la chaîne de supermarchés Albert Heijn. Vendus légèrement au-dessous du prix des œufs bio, les œufs Rondeel se situent à 4-5 cts au-dessus des œufs standards. Un concept qui tend à s’exporter … en Asie !

 

Un packaging spécifique a été conçu pour les œufs produits sous franchise « Rondeel ».

Après avoir testé la fibre de noix de coco (pas suffisamment rigide et non produit localement), c’est l’amidon de pomme de terre qui a été retenu, car tout autant biodégradable. Pour se démarquer du format standard, l’emballage de base a été conçu pour 7 œufs (1 boîte par semaine et par personne = 1 œuf par jour et par personne) mais d’autres modèles sont proposés (3, 10, …). Y figure l’adresse des fermes franchisées Rondeel.

Des vitrines « micro Rondeel » ont été implantées à Amsterdam puis à la Haye. Le public peut y découvrir le mode de production des œufs Rondeel à une échelle réduite.

Un système de franchise qui commence à s’exporter

A ce jour, il existe trois autres fermes franchisées Rondeel aux Pays-Bas et une en Chine. Des opérateurs sont actuellement intéressés en Corée du sud, et ailleurs en Europe et dans le monde. La société Rondeel propose d’aider les investissements des producteurs optant pour une franchise. Le choix a en effet été fait de ne pas exporter les œufs Rondeel, mais d’inciter les opérateurs à développer ce type de franchise chez eux pour rester sur un concept de production locale.

 

Des certifications « bien-être animal » et « environnement » :

Les œufs produits par « Rondeel » ont obtenu 3 étoiles au label Beter Leven (attribué par une ONG nationale ayant participé à la démarche « Houden van hennen »). Ils sont ainsi classés au même niveau que les œufs bio sur le plan du bien-être animal.

Les œufs « Rondeel » ont aussi été les premiers à obtenir le label environnemental « Milieukeur », notamment grâce à la faible émission d’ammoniac induite par l’assèchement du lisier en ventilation naturelle, à des consommations d’énergie réduites (les œufs étant conditionnés sur place) et à l’utilisation de soja non OGM issu de filières « durables ».

 

Nb : L’idée de remplacer une partie du soja par des vers de terre produits à partir des déchets de légumes produits par la chaîne de supermarché Albert Heijn est actuellement à l’étude (économie circulaire).

Une excellente valorisation des « coproduits »

Les œufs déclassés (petits gabarits, …) sont valorisés à des prix intéressants auprès du réseau de boulangers-pâtissiers Van Strien et de la chaîne de restaurant « La Place ».

Les poules de réformes (abattues après 80 à 85 semaines) sont valorisées dans les plateaux repas de la compagnie KLM sur toutes ses destinations moyen-courrier.

 

 

Inscription dans la démarche étudiée

 

Nous avons là un exemple concret de mise en application du processus de Co-design développé par l’Université de Wageningen, plutôt centré sur le comportement et le bien-être animal.

Ce projet est effectivement issu du projet « Houden van hennen » piloté en 2005-2006 par Wageningen en lien avec les acteurs de la filière et les ONG et à la demande des autorités suite à l’abattage de millions de poules pondeuses lors de l’épisode de grippe aviaire de 2003.  Le système « Rondeel » est un des deux concepts élaborés dans le cadre de ce projet (l’autre étant le concept « Plantage », plus adapté à une production bio).

 

Les deux concepts de bâtiments pour pondeuses issus du programme « Houden van hennen » (WUR) :

 

 

A la différence de son père, Timon Brandsen n’a pas participé directement au processus initial de co-design. Mais il a continué à l’appliquer à l’occasion de ses contacts avec les ONG. Pour lui, le plus intéressant dans cette expérience a été le fait de partir d’abord de la question : « de quoi ont besoin les poules pour être bien ? ». C’est pour lui une façon complètement différente de prendre les choses, qui n’est certes pas sans risque, mais qui a séduit ses parents et le conforte aujourd’hui dans le choix que ces derniers ont fait.

 

Nos étonnements / ce qui nous a marqué

 

La « privatisation » du concept

 

Même si le concept de bâtiment « Rondeel » est libre de droits, on est surpris de la façon dont il a été en quelque sorte « privatisé » et utilisé sous la forme d’une marque et d’un système de franchise, avec un schéma de distribution commerciale auprès de la chaîne de supermarché Albert Heijn. Nous n’avons pas pu distinguer très clairement tout ce que cela implique pour d’éventuels nouveaux candidats. Avec seulement 4 fermes aux Pays-Bas, on reste cependant partagé sur l’avenir d’un tel système. Mais le fait qu’un élevage franchisé ait vu le jour en Chine, et peut-être aussi bientôt en Corée du sud nous a pas mal surpris.

 

L’importance accordée à la transparence

 

Toutes les fermes franchisées « Rondeel » sont ouvertes au public et équipée d’un circuit pédagogique et d’aménagements spécifiques (salle de réunion, panneaux et vidéos de présentation, tunnel de visite, vente directe …). On a cependant du mal à dissocier ce qui relève du marketing et ce qui relève d’une motivation purement pédagogique. A noter que des ONG "anti" sont venues filmer sur place et ont finalement été conquises.

 

L’originalité du bâtiment

 

C’est le côté le plus spectaculaire de la visite. Sa conception circulaire, et le détail des aménagements conçus pour le bien-être animal sont très intéressants. Avec bientôt 10 ans de recul, il est également intéressant de mesurer les adaptations qui se sont imposées entre le concept initial et le bâtiment d’aujourd’hui. Il a en effet fallu faire des ajustements : changement de matériau des boîtes d’œufs [remplacement de la fibre de noix de coco importée par l’amidon de pomme de terre produit localement ] et remplacement des pelouses artificielles présentes sur les aires d’exercice [ qui étaient jolies mais se sont avérées être de vrais nids à microbes impossibles à nettoyer ] par une litière en paille broyée et écorce.