Retour

Maîtriser les charges de mécanisation en élevage ovin viande - Analyse des résultats et pratiques d’élevages ovins de l’Ouest

Publié le par Vincent Bellet (Institut de l'Elevage), Nathalie Augas (C.A. Charente (16)), Gérard Hoppenreys (C.A. Deux-Sèvres (79)), Béatrice Griffault (C.A. Vienne (86)), Gilles Clénet (C.A. Loire Atlantique (44)), Laurent Fichet (Chambre d’agriculture Pays de la Loire), Stéphane Migné (Chambre d’agriculture Pays de la Loire), Alain Gouëdard (CA Bretagne)
Coûts de production Ovin viande
Les systèmes ovins viande sont réputés peu gourmands en investissements. Pourtant, à 2,2 €/kg de carcasse, la mécanisation est devenue le premier poste du coût de production des élevages du Réseau Ovin Ouest, après le travail des exploitants. Cette étude présente la diversité des pratiques des éleveurs, notamment en matière d’importance du recours à la traction. Quatre témoignages illustrent des pratiques permettant de limiter les charges de mécanisation.

* Une très forte variabilité, d’abord liée au niveau d’intensification

Le niveau des charges de mécanisation des 34 élevages étudiés est très bien corrélé avec la puissance avec les heures de traction effectuées. La taille relative du parc de tracteurs est très variable entre exploitations : de 70 à 470 cv/UMO et de 0,9 à 6,4 cv/ha de SAU. L’utilisation de ce parc est également très variable : de 300 à 1 800 heures/UMO et de 1,9 à 18,4 heures/ha !

Les systèmes intensifs, avec plus de stocks à récolter et à distribuer, font davantage tourner les tracteurs : 12,2 heures/ha SAU pour les élevages à plus d’1,8 UGB/ha SFP, contre 8,5 heures pour ceux à moins de 1,1 UGB/ha SFP. Mais compte tenu des différences de productivité, les charges de mécanisation des intensifs sont moins élevées quand on les rapporte aux kg de carcasse produits.

 

* Mais des marges de manœuvre importantes pour un même niveau d’intensification

Pour un même niveau de chargement, on peut observer des écarts conséquents en matière de recours à la traction. Par exemple pour un chargement de l’ordre d’1,2 UGB/ha, le recours à la traction varie de 4 à 17 heures/ha. De même, on peut observer des écarts importants pour un même niveau de productivité pondérale par hectare. Ainsi, parmi les spécialisés, certains mobilisent à peine plus de 5 heures de traction/ha pour produire de l’ordre de 200 kg de carcasse d’agneau/ha de SFPO, alors que d’autres en mobilisent plus de 15.

Parmi les principales stratégies mises en place par les éleveurs pour maîtriser leurs charges de mécanisation, l’achat du matériel en CUMA, le vieillissement du matériel et la délégation des travaux sont les plus citées. Puis on trouve le renouvellement régulier du matériel, pour limiter les coûts d’entretien, avant des éléments de conduite technique, comme le développement du pâturage, ou au moins sa meilleure valorisation, et la simplification des itinéraires culturaux.