Retour

CR atelier "Séparation de phases"

Publié le
Equipements d'élevage Bâtiment Bovin lait Bovin viande Caprin Equin Ovin lait Ovin viande Veau de boucherie

Plus d’une quinzaine de personnes ont participé à l’atelier « Séparation de phases ». Cet atelier s’est appuyé sur trois éléments : les visites, l’expérience de Philippe Briand (CA de Bretagne) au sujet de l’exploitation de Trévarez (29), et enfin une consultation du groupe sur la note technique « Capacité de stockage – gestion des fumiers mous ».

Des contextes et contraintes variables qui entrainent des produits intermédiaires Lisier/fumier à gérer

Selon la localisation de l’exploitation, la disponibilité en paille varie. Cependant certains agriculteurs font le choix  de maintenir un peu de paille dans le bâtiment. Le confort des animaux ressort comme argument principal pour le groupe de travail. Le deuxième argument avancé est agronomique, avec la volonté forte de gérer du fumier.

Privilégier la séparation à l’intérieur du bâtiment

Il existe différentes options pour mieux « typer » ces produits. La première solution, qui est à privilégier, est une séparation de phase qui s’opère à l’intérieur du bâtiment par le choix du bâtiment lui-même et sa conduite. Lorsque le bâtiment ne le permet pas, dans ce cas, il est possible d’opter pour un système de séparation de phases gravitaire ou mécanique.

Séparation gravitaire : avantages / inconvénients entre la grille et le caillebotis

Trois critères d’importance pour le choix d’une grille d’égouttage ou d’un caillebotis ont été listés par le groupe :

  • effet du type d’alimentation,
  • temps de présence des animaux dans le bâtiment,
  • effet période (gel/séchage estival).


Le tableau ci-dessous permet de comparer les avantages et inconvénients des deux solutions gravitaires couramment utilisées en élevage.

Egouttage sur grilleCaillebotis
CoûtAuto-construction possible Fabrication industrielle €€€
DimensionsMini 80 cm de large à 1 m -Eventail plus large+
RésistancePassage des animaux à éviter-Passage des animaux sans problème+
EvolutionAdaptable si changement de produit (changement de la grille)+Difficultés pour l’adaptation-

 

 

Séparation mécanique : investissements & coût de fonctionnement importants, vigilance quant à l’utilisation de la phase sèche en litière !


  • Un réglage en amont est crucial

La séparation mécanique nécessite un investissement important. Afin que cet outil puisse atteindre l’objectif de l’éleveur, il est crucial de régler correctement le séparateur en amont et d’ajuster les réglages, en cas de changement de type de produits (ex : changement de litière…).

 

  • Préfosse

Une préfosse rectangulaire avec slalom (cas de l’élevage visité) permettra le bon malaxage en amont de la séparation de phase.

 

  • Plateforme

La plateforme doit être sécurisée (grille, hauteur). Il est important de prévoir un point d’eau et un branchement électrique, très pratique en cas d’incident.

 

  • Avantages / Inconvénients tamis versus vis

Le tamis accepte des produits plus pailleux et par conséquent moins homogènes. Il est moins énergivore que la vis, pour un coût proche pour les deux technologies.

 

  • Quel gain de volume ?

Le gain de volume est considéré comme faible. Il est très variable (20 à 35 %) selon le produit initial, la technologie, la marque… Cet argument seul ne peut justifier l’investissement dans cette solution, cela doit s’accompagner par des besoins spécifiques agronomiques et sanitaires.

 

  • Phase solide : assimilée à un fumier

Pour les épandages, l’issue solide qui se stocke en fumière, est assimilée à un fumier. Au Royaume-Uni, les recommandations techniques sur ce thème sont très strictes : la phase sèche doit présenter une matière sèche >34%, elle ne doit pas être compostée, et le lait de ces exploitations doit obligatoirement être pasteurisé...
Les séparateurs mécaniques sont complexes d’un point de vue technique. Les risques de dysfonctionnement sont importants et le coût des réparations tout autant. Ces éléments sont donc à prendre en compte.
Le groupe en a conclu qu’il fallait privilégier d’autres solutions.

 

Séparation de phase : l'issue solide assimilée à un fumier pour les épandages se stocke en fumière

 

Avis/recommandations sur le guide technique « Calcul des capacités de stockage – gestion de fumiers mous»

En complément, le groupe a discuté la proposition de guide technique « Calcul des capacités de stockage » pour la partie qui concerne la gestion des fumiers mous. Des demandes de précisions techniques ont été proposées par le groupe sur :

  • le paillage (type de paille et quantité minimale)
  • l’effet de la fréquence et vitesse de raclage
  • les situations à risque ou non pertinentes (effet climat / alimentation …).

 

Plus largement, lors des échanges, il a été fait état de l’importance de quantifier les fuites d'eau et de la nécessité d’optimiser les consommations, avant de soupçonner une part de lisier sous-estimée.

Pour approfondir


Contacts :
> Elise LORINQUER
   
Institut de l’Elevage – 02 99 14 89 53    

> Jean-Luc MÉNARD

Institut de l’Elevage – 02 41 18 61 72